5 choses à faire pour bien vous installer aux Etats-Unis

Déménager du Canada vers les Etats-Unis peut sembler relativement « facile » puisque les 2 pays partagent certains points en commun. Cependant, gardez en tête que vous changez complètement de pays et malgré les accords entre les 2 Amériques, il va falloir valider certaines étapes pour pouvoir vous installer sereinement aux Etats-Unis.

Voici une liste de 5 choses à faire au plus vite lorsque vous arrivez dans le pays avec votre visa de travail TN :

1. Obtenir votre numéro de sécurité sociale

C’est la clé pour pouvoir tout faire. Sans votre SSN (Social Security Number), vous n’êtes pas grand chose aux yeux des américains. La bonne nouvelle, c’est que c’est plutôt facile de l’avoir.

Pour cela, pointez-vous dans l’un des bureaux administratifs proche de chez vous (pas besoin de rendez-vous) et indiquez que vous venez faire la demande de votre SSN pour la première fois. Apportez votre passeport avec le visa (I-24), ainsi que votre offre d’embauche complète. Prenez un numéro, attendez (il y a de la clim et du wifi gratos alors ça va) et lorsque votre tour vient, il suffit juste de donner tous les documents et de répondre à quelques questions.

A partir de là, il faut attendre généralement 2 semaines avant de recevoir sa carte d’assurance sociale (vous pouvez donner l’adresse de votre employeur si vous n’avez pas de domicile fixe). En revanche, vous pouvez obtenir votre numéro de sécurité sociale dans les 2 jours qui suivent votre demande, ce qui va être pratique pour le reste (pensez à revenir au centre, ils ne le donnent pas par téléphone mais l’attente n’est pas très longue).

Personnellement, mon expérience n’a pas été mauvaise dans le bureau administratif : j’y suis allé 2 fois, 20 minutes d’attente et un personnel plutôt sympa.

2. Ouvrir un compte en banque

Dès que vous avez votre numéro de sécu, vous pouvez ouvrir un compte en banque. Et là, autant dire que vous avez l’embarras du choix. De mon côté, j’ai choisi la Eastern Bank. Il y en a beaucoup dans l’Etat, pas de frais cachés, c’est assez facile d’avoir un compte courant, un compte d’épargne, des chèques et une carte de débit. Enfin, leur interface en ligne est potable. Evitez à tout prix Bank of America et la TD qui vous chargent des trucs invraisemblables.

Nous avions été tenté par Capitol One qui avait une interface web pas mal fichue mais il est impossible d’effectuer des virements à l’étranger alors non merci. En ouvrant votre compte en banque, nous avons reçu le jour même notre carte de débit. L’argent était placé sur le compte rapidement et en moins d’une heure, tout était reglé : ils sont bien efficaces pour ça.

3. Trouver un appartement

C’est bien sûr le plus important et ce qui demande le plus d’energie et de patience. Vu les prix et l’état du marché, il faut vraiment passer son temps à surveiller tout ce qui arrive, 1 à 2 fois/jour. La demande est très forte donc les propriétaires ont l’embarras du choix parmi les locataires.

Nous avons eu énormément de chance de trouver la perle rare en moins de 3 jours. La 1ère raison est que nous sommes arrivés en juillet, ce qui correspond à la période la plus creuse de l’année (les étudiants sont partis et les nouveaux n’arrivent pas avant septembre). La 2ème raison, c’est que nous cherchions pas dans Boston même mais dans la banlieue limitrophe.

Nous étions sur Apartments.com, Zillow et Trulia tous les jours. C’est d’ailleurs sur ce dernier que nous avons trouvé notre chez nous. La recherche fut intense, parfois stressante et même desesperante lorsque l’on voyait l’état de certains logements. Laissez-moi juste vous donner quelques conseils si vous cherchez un logement à louer dans la région de Boston :

  • Les loyers sont environ 3 fois plus cher qu’à Montréal (comptez environ 2000$ pour un studio dans Boston, 1200$ en banlieue proche).
  • La différence de prix entre 1 chambre à coucher et 2 n’est pas énorme.
  • Le fait d’avoir l’eau inclue dans le loyer change la donne.
  • Préférez le chauffage au gaz (l’electricité est bien plus cher qu’au Canada et le gaz reste l’energie la moins dispendieuse).
  • Visitez différents logements et prenez le temps de comparer. On s’est souvent retrouvés à visiter un apparement super dans un coin vraiment pourri de la ville.
  • Ne vous laissez pas intimider par l’agent immobilier : bien souvent, ils veulent se débarrasser du logement en vous disant que « vu votre budget, vous ne trouverez pas mieux dans le coin » alors que c’est totalement faux (je retiens madame connasse qui nous a fait visiter 2 taudis dans un coin où l’on ne cherchait pas vraiment avec une voisine de pallier qui ressemblait à 2 gouttes d’eau à la folle aux chats des Simpson :/)
  • Pas besoin de vous jetez sur les constructions neuves, elles coûtent souvent 20 à 30% plus cher que les autres logements.
  • La moquette est encore « malheureusement » à la mode dans beaucoup d’appartements.
  • Méfiez-vous des annonces disant qu’un parking est « disponible » : ça veut dire (8 fois sur 10) qu’il faut payer un supplément (genre 150$/mois) pour en profiter.
  • Bien souvent, il y a des frais d’agence (même pour les annonces trouvées en ligne car les propriétaires ne s’embêtent pas) : ça se négocie.
  • Préparez assez de sous pour payer 2 mois de loyer dès le départ.

Nous avons eu la chance de trouver la perle rare dans le quartier que nous voulions. Les propriétaires sont (après 3 mois de vie) très sympas et disponibles et nous avons pu négocier les frais d’agence.

4. Avoir un téléphone opérationnel

Je l’ai mis en 4 mais ça aurait pu être en 3. C’est normal mais débrouillez-vous pour avoir un forfait téléphonique avec data le plus vite possible. Ca va vite à faire et ça coûte bien moins cher qu’au Canada. Dans mon cas, je paye 35$/mois pour appels illimités dans le pays + 6Go avec At&t.

Le Tourist Plan de T-Mobile est pas mal si vous voulez être connecté dès votre arrivé : 3 semaines pour 30$, activable dès le 1er jour sans renouvellement.

5. Convertir votre permis de conduire

Votre permis de conduire canadien (ou français) vous permet de conduire 6 mois sur le territoire. On aurait tendance à se dire que ça ne presse pas de le changer, sauf que :

  • Aucune assurance automobile n’acceptera de vous assurer si vous n’avez pas un permis US (et l’assurance canadienne ne vous couvre plus après 2-3 semaines max).
  • Vous ne pourrez pas changer la plaque d’immatriculation de votre véhicule avec votre permis canadien (ça pose problème si vous achetez un véhicule ou faites un leasing).

Pour pouvoir convertir votre permis, il va falloir aller au RMV/DMV près de chez vous. De toute la partie administrative US, RMV est probablement l’endroit le plus horrible où se pointer (j’en ferai un post à part tellement c’était intense). Mais quoiqu’il en soit, pour changer la plaque d’immatriculation de votre véhicule et modifier votre permis de conduire, c’est là qu’il faut aller.

Gardez aussi en tête qu’à la fin du process, ils garderont votre permis de conduire canadien.

Note:  j’aurai pu mettre « Se dégoter une assurance santé » en 0 mais mon travail m’en fournissait une solide dès le 1er jour et j’ai pu mettre ma compagne dessus donc pas de stress à ce niveau-là.

Je vous recommande de lire également :