Chicago – Jour 1 : The Loop, centre financier et historique

Après une courte nuit à notre nouvelle chambre dans le quartier Navy Pier/Near North, l’aventure démarre par un petit brunch au Westegg, une place plutôt sympathique qui fait de très bonnes omelettes. Direction ensuite sur le Magnificient Mile (le « Mag » comme les locaux le nomme).

Faisant la jonction avec Michigan avenue, c’est clairement l’artère avec toutes les grosses chaînes de magasins pour faire du shopping plus ou moins dispendieux. Mais c’est aussi ici que la vue sur les magnifiques gratte-ciels démarre (il suffit de marcher jusqu’à la rivière pour s’en rendre compte).

En traversant le pont, on arrive au coeur du Loop : immenses tours à chaque coin de rue, le métro extérieur qui passe et repasse et pas mal de monde sur les trottoirs, il y a de quoi occuper vos yeux pour la journée. En se promenant dans les différentes rues, on y trouve aussi quelques oeuvres d’art comme le « Sans nom » de Picasso ou encore la sculpture du haricot en argent (« The Bean ») avec ses charmants reflets.

Chicago – l’Architecture à l’état pur

Ca klaxonne à tous les coins de rue, les tours sont toutes plus grandes les unes que les autres, allant même jusqu’à cacher le soleil alors que nous sommes en fin de matinée. Tous ces gratte ciels aux styles différents, c’est juste magnifique et impressionnant. C’est d’ailleurs dans ce quartier que se trouve la Willis Tower, plus haut tour de toute la ville. On a tenté d’y aller mais avec 1h30 d’attente et seulement 1 min maximum en haut de la tour, on a passé notre chemin. J’ai pu y aller la fois d’avant : non-seulement l’attente n’était pas aussi longue mais on pouvait rester 10 min en haut : 1 minute, c’est vraiment trop peu je trouve.

A force d’arpenter les rues, on finit par avoir (très) faim et on décide d’aller manger une Deep Dish Pizza (spécialité locale) au Giordano, une chaîne de restaurant locale. Sachez que l’attente est longue (45 min pour préparer la pizza) mais le goût récompense cette patience. La pizza, épaisse, rappelle un peu une quiche.

En revanche, au niveau du goût, on est sur quelque chose d’unique et excellent : ce n’est pas une pizza traditionnelle, encore moins une quiche mais un goût différent : on s’est régalés. Par contre, c’est lourd donc évitez de manger ça le soir !

En se promenant, on tombe aussi sur la boutique Central Caméra qui existe depuis 1899 : à l’intérieur, vous trouvez littéralement de tout et les vendeurs sont très sympathiques. De la VHS à l’argentique en passant par tous les types d’accessoires pour n’importe quel appareil, il y a de quoi se perdre mais on sent la boutique familiale qui se transmet de génération en génération.

Par la suite, direction le Millenium Park où l’on peut écouter un concert de rock en plein air, admirer à nouveau la géante « Bean » et on en a même profité pour faire un tour à l’Institut des Arts de Chicago : plusieurs expositions étaient vraiment magnifiques, notamment l’impressionisme et l’art japonais (comptez un bon 2h si vous voulez en profiter).

Le temps se gâte mais tout le monde profite quand même du parc.
« The Bean » et tous les touristes autour…

La fin de journée approche et en retournant vers notre hôtel, on a fait une halte au Stan’s Donut : il faut avouer que leur donuts sont tout simplement excellents, ni trop lourd, ni trop léger mais bien vicieux car il est facile d’en engloutir plusieurs. Une autre place très populaire est Firecake Donuts mais vu l’attente devant l’enseigne, nous avons opté pour la 1ère option.

Chicago la nuit : une ville toute en musique

Le soir, la ville est bien sûr très animée et les enseignes lumineuses pullules. Les tours allumées sont encore plus belles et on décide d’aller faire un tour à River North, un quartier relativement central à l’Ouest de notre hôtel. Si vous cherchez un restaurant, café ou bar, il y a vraiment l’ambarras du choix et vous devriez trouver votre bonheur.

Nous avons décidé de nous arrêter au Blue Chicago, un club où des chanteurs de blues (mais aussi jazz) soignent vos oreilles toute la soirée. Et ce soir-là, c’était blues avec une habituée qui vient chanter et jouer dans la place depuis une douzaine d’années. Assis sur nos tabourets de bar avec nos consos, nous sommes prêts à savourer la musique… Et quelle musique ! J’adore le blues mais en écouter en live, c’est toujours mieux, surtout si le groupe est excellent.

Petite scène, artiste local et grosse ambiance ! Le blues, c’est du bonheur pour les oreilles.

Les artistes de blues sont légion dans la ville et en soirée, vous n’aurez pas trop de problème à aller en écouter, pour peu que vous trouviez un bon bar. Et c’est ainsi que c’est achevée notre 1ère journée, riche en émotion musicale et découvertes !

Je vous recommande de lire également :