Comment convertir son permis de conduire canadien en US au DMV ?

 

Parlons peu, mais parlons bien : DMV (Department of Motor Vehicles) est une case par laquelle vous allez devoir passer. Pour faire simple, c’est ce qui correspond à la SAAQ au Québec et à la sous-préfecture de votre département en France. Et si vous ne vous préparez pas bien, vous allez en chier comme il faut. C’est parti pour le récit !

Tout d’abord, sachez que le règlement est différent selon l’Etat dans lequel vous vous trouvez. Mon expérience sera bien sûr rattachée à l’Etat du Massachusetts.

Le site web n’est pas « laid » mais très mal foutu en termes de navigation. C’est pour ça que je vous suggère de faire votre recherche directement depuis Google. La page qui concerne le transfert de permis de conduire (canadien, français ou autre) est celle-ci : https://www.mass.gov/how-to/transfer-your-drivers-license-from-a-foreign-country

1er truc à savoir : le site web n’est pas mis à jour donc ne vous y fiez pas totalement. Plusieurs fois, dans un bureau du DMV, les employés rigolaient quand je leur disais que j’avais suivi à la lettre les consignes du site : c’est cool, hein ? Mais bon, vous n’avez encore rien vu.

Je me suis donc pointé un matin au bureau DMV le plus proche de chez moi à Watertown. J’avais sur moi les papiers nécessaires pour convertir mon permis, à savoir mon passeport + le visa, une preuve de résidence (bail) et bien sûr mon permis canadien.

Début d’aventure au Department of Motor Vehicles (DMV)

Alors déjà il y a tout le temps la queue… Mais genre vous allez attendre facilement 45 min, 1h, voire 1h30 dans certains cas. J’ai tenté de me pointer le matin, à midi en milieu ou fin d’après-midi, c’est tout le temps pareil : bref, prenez votre mal en patience car pour attendre, vous allez attendre. Fort heureusement, je tapais souvent la discute avec mes voisins.

Et là, je vois une employée qui passe dans l’allée et me demande ce que je viens faire : je lui dis que je viens faire la demande pour un permis de conduire américain standard via mon permis canadien. Elle vérifie que j’ai bien tous les papiers, je lui montre et elle me sort : « ok, c’est bon, vous avez tout. Restez en ligne« . Et là je me dis « Super, ils viennent te voir dans la file car ils savent que ça serait débile de te faire poireauter s’il te manque un papier ».

1h plus tard, c’est enfin mon tour. Une autre employée m’arrête et revérifie mes papiers. Et là, les ennuis commencent : elle me sort qu’il manque un papier dans le bail et que sans ça, elle ne peut pas me laisser entrer. Je lui rétorque que sa chère collègue a déjà vérifié le tout et que c’était bon. Et là bien sûr, elle me sort qu’il manque la page quarante-douze du bail et que tout ce que j’ai ne suffit pas… « Revenez avec le papier manquant » : Ô joie !

2ème truc à savoir : la 1ère vérification est loin d’être fiable donc ne criez pas trop victoire si la personne qui vérifie vos papiers pendant que vous êtes dans la queue vous dit que c’est bon.

Je reviens donc plus tard avec le papier manquant et là Ô joie, on me laisse entrer en me disant que j’ai tout ce qu’il faut. Je prends un numéro et j’attends. Au passage, on peut voir les gens passer leur code (bien plus simple qu’en France) sur un ordinateur avec des écrans CRT… Aoutch.

Après un autre 30 minutes d’attente (n’oubliez pas que j’ai refait 1h de queue en revenant), c’est enfin mon tour. Et là, je tombe probablement sur la personne la moins sympa rencontrée depuis le début de mon expatriation aux US. Madame-tire-la-gueule blasée de la vie me reçoit. Je conçois que ce genre de métier n’est pas des plus passionnant mais je ne supporte pas l’impolitesse. Et elle commence à me parler comme si j’étais un sale gamin : « faites ceci« , « faites cela« , « vous ne m’écoutez pas » (alors qu’elle avait un accent à détruire les tympans)…

Bref, j’ai pris sur moi pour rester zen car évidemment, le rentre dedans est le meilleur moyen de se faire refuser le permis. Je remplis un formulaire, on me prend en photo et là je me dis « ça y est, je vais enfin l’avoir ». Mais voilà qu’après 20 minutes à écouter cette malpolie, elle me demande mon « Driving Out of State Record« … Pardon ?

« J’ai besoin de votre état de conduite du Canada pour pouvoir vous donner votre permis de conduire US« . J’ai cru 2 secondes à une blague… Et en fait non. Mais j’ai trouvé la situation absurde pour 2 raisons :

  • J’ai tous les papiers en main et voilà qu’un nouveau papier est requis (c’est écrit nul part qu’il faut apporter ce truc et on ne m’a rien dit, y a rien sur le site et les 2 autres employés à qui j’ai parlé m’ont certifié que j’avais tout ce qu’il faut en main).
  • Elle attend la fin du processus pour me balancer ça à la figure. A quoi bon se faire chier à me prendre en photo et me faire un test de la vue si au final tu ne me le donnes pas ce permis ? J’ai cru que j’allais la tuer mais je me suis contenté d’une simple remarque.
Intérieur du DMV de Watertown

J’ai passé quelques heures assis sur ce banc à attendre…

C’est l’histoire d’un état de conduite et d’un fax…

De retour chez moi, me voilà donc en train de demander mon driving Out Of State record à la SAAQ au Québec. La demande automatique se remplit en 2 secondes mais envoie les documents à l’adresse écrite sur votre permis : pas de bol, on ne peut pas la changer et ça va prendre des jours. Je remplis donc un formulaire qui permet de faire une demande spéciale pour l’envoyer à une autre adresse et là, je peux voir qu’il est possible de faxer la demande.

A mon nouveau travail, on me regarde avec des yeux ronds lorsque je demande s’il y a un fax dans l’immeuble. Et j’ai eu de la chance car il en reste un !

J’envoie ma demande et le lendemain, je reçois tous les papiers par fax : merci l’efficacité canadienne.

Je retourne donc pour la 3ème fois au DMV avec l’attente gratuite d’une heure. J’arrive à l’accueil, je montre mon état de conduite et là on me sort : « ah oui mais c’est un fax, on ne prend que les originaux« . Une fois de plus, il est écrit à aucun endroit qu’il faut apporter un original et j’ai beau expliquer que c’est un permis canadien, la madame ne démord pas de sa position, elle me dit ça limite avec le sourire.

La coupe est pleine : je lui demande si c’est un jeu pour eux de me faire revenir aussi souvent que ça. Je lui colle alors au nez le papier officiel du DMV qui contient la checklist de tous les éléments à avoir : elle me répond que ce n’est pas à jour (ce n’est pas mon problème). Je lui demande alors si c’est bien sain et sérieux d’être aussi inefficace dans son travail et faire revenir des gens qui eux aussi ont un travail. Bref, la discussion continue et je lui fais savoir que je ne décollerai pas d’ici.

Elle me dit alors soudainement que certains agents ne sont pas trop regardants si le document est un original ou une copie : tiens donc !

Au final, j’aurai attendu 20 minutes de plus et je suis tombé sur un agent plutôt cool qui a fait un appel au service canadien pour valider l’information. Je suis revenu 2 jours plus tard pour récupérer mon permis US standard et c’était enfin terminé ! Truc très important : ils gardent votre permis canadien donc prenez une photo avant au cas où.

L’enfer du permis de conduire est terminé, je sors, victorieux et épuisé par ces aller-retours incessants : je m’en souviendrai du DMV.

Documents à avoir pour convertir un permis canadien en permis US standard

Ci-dessous un récapitulatif fait maison sur les documents à apporter lorsque vous souhaitez convertir un permis canadien (Québec) en permis de conduire US (Massachusetts) :

  1. Passeport canadien
  2. Visa de travail US (I-24 ou équivalent)
  3. Au moins 1 preuve de résidence (bail complet, facture d’electricité, etc…)
  4. L’original de votre état de conduite (Driving Out Of State Record)
  5. Votre permis de conduire canadien

Je vous recommande de lire également :