Déménager à Watertown, Massachusetts

On s’est rendu compte qu’on ne vous avait jamais parlé de notre déménagement.

Après un peu plus de 2 jours de visites intensives sous un soleil de plomb, nous avons fini par trouver un logement qui nous a très vite plu : situé dans la ville de Watertown (qui jouxte Boston), c’était le lieu idéal. Pile entre nos 2 lieux de travail, Watertown est une ville sympathique, située au bord de la rivière (vu le nom, ça sonne logique).

3 mois plus tard, je n’ai aucun doute sur le fait qu’on soit tombés sur des propriétaires en or : on a pu négocier un peu le prix de la maison et surtout, ils sont uuuuultra efficaces au moindre problème et très prévenant : ça fait plaisir.

Mais revenons un peu en arrière…

Notre grand foyer bien vide

Sachant qu’on venait d’arriver aux US, on avait juste notre numéro de sécurité sociale, mais pas encore notre carte. Les proprios l’ont joué cool vu qu’au final, ce qui les intéresse, c’est d’avoir des locataires propres, sérieux et qui peuvent payer donc pour l’administratif, ça s’est fait facilement.

Mais bon, partez du principe qu’il faut normalement avoir votre carte avec vous et bien sûr au préalable, un compte en banque.

Oui, au début, c’était grand et vide ! Sans internet, sans clim…

Après avoir rempli quelques papiers, on a pu y emménager le jour suivant : seul problème, toutes nos affaires du Canada n’allaient pas arriver avant 2 semaines !

C’est ainsi que sous une chaleur accablante, nous avons redécouvert temporairement la joie de vivre comme des étudiants : 2 assiettes, 2 bols, quelques ustensiles de cuisine et un matelas gonflable pour « survivre » quelques jours de plus, le tout acheté au Target du coin (sauf le matelas gonflable prêté par des amis). On a par contre bien apprécié que les propriétaires nous offrent une boîte avec différents produits/outils plutôt pratiques lorsque vous arrivez dans votre nouveau « chez vous ».

Le kit offert pour les locataires de Watertown.

Meubles et autres affaires : les retrouvailles

Samedi 14 juillet : date clé, pas seulement pour la fête nationale en France, mais surtout parce que c’était le jour où nous recevions nos affaires du Canada. J’ai pu négocier le paiement du déménagement de nos affaires lors de la signature de mon nouveau travail et je peux vous dire que ça vous enlève un sacré poids des épaules. Ils viennent tout emballer et ensuite, le jour J, ils déballent tout et remontent les meubles.

Yep, le camion occupait beaucoup de place, sans compter l’espace pour la rampe.

Bon, la petite rue était bloquée et les petits vieux qui habitent dans la maison à côté ont un peu flippé, mais tout s’est bien passé. Il a tout de même fallu passer le canapé et le lit par la terrasse extérieur en démontant les barreaux car ça ne passait pas par la porte d’entrée.

L’embarras du choix pour la décoration

Lorsque j’ai quitté la France pour le Canada, je me suis vite rendu compte qu’on avait pas beaucoup de choix au Québec pour décorer son chez soi. Et à moins de mettre des sommes faramineuses, la comparaison de meubles et petites décorations en tout genre se regroupait en une poignée d’enseignes.

Les Etats-Unis ont vite changé la donne : il nous a suffit de visiter à peine 2-3 enseignes comme Homegoods, Targets ou même Walmart pour se rendre compte qu’ici, on avait l’embarras du choix sur vraiment beaucoup de choses, que ce soit au niveau bouffe ou décoration. Et cela, sans compter toutes les possibilités en ligne !

Sans atteindre le style que l’on peut trouver en Europe en allant se promener dans un centre d’achat comme Domus, c’est plutôt cool d’avoir le choix.

La ville de Watertown

Watertown, c’est la ville qui se situe à 15 min du centre-ville de Boston et moins de 10 minutes de Cambridge. C’est aussi là qu’on trouve la plus grande communauté arménienne du coin. Mais surtout, les loyers restent abordables comparés aux autres villes tels que Waltham, Belmont, Brookline ou Cambridge.

Il y a de la verdure, le fleuve à 2min et les boutiques nécessaires aux alentours, voire même à pied. Il y a aussi une belle piste cyclable qui permet de se rendre jusqu’à Cambridge ou Boston.

Autre petit bonus: avoir 3 supermarchés arméniens à 5 min et une boulangerie iranienne, exactement ce qu’il faut pour se préparer des bons plats comme on mangeait chez les grand-parents.

La bouffe arménienne, il y en a à Watertown !

Durant l’été, ça a été un plaisir de faire notre jogging le long de la rivière et il nous tarde de pouvoir faire un peu de kayak au printemps. Enfin, pour une raison inexpliquée, il y a des lapins partout à Watertown, vraiment partout. Je les compte par dizaine lorsqu’on va courir, c’est vraiment la folie. Il y en a même qui campent dans le jardin.

Enfin bref, c’était l’emménagement à Watertown et on s’en souviendra !

Je vous recommande de lire également :