10 jours de vacances surprises en France

Surprise !!

Cette année, pour la première fois de ma vie, j’ai décidé de faire une grosse surprise à ma famille en leur rendant une visite impromptue. De ce fait, j’ai organisé (avec l’aide de mon cher oncle) un séjour surprise en France d’une dizaine de jours, dont la moitié avec ma famille. Pour tromper l’ennemi, mon oncle a organisé l’anniversaire de mon petit cousin directement à son domicile. Parmi les 15 personnes invitées figurait “un couple d’amis” (l’autre amie étant ma douce qui faisait partie du voyage).

Si j’ai tout de même prévenu mes grands-parents la veille pour leur éviter un arrêt cardiaque, la surprise fut totale pour le reste de ma famille… Et quelle surprise !

Durant les 3-4 jours suivants, nous en avons profité pour vagabonder un peu en banlieue et dans Paris. Autant être honnête, ça m’a fait beaucoup de bien de retrouver ma famille, mais aussi la plupart de mes meilleurs amis.

Le roadtrip en Triumph

Si la première partie du voyage était plus “familiale”, la situation a été tout autre durant les 5 derniers jours. En effet, nous avions planifié de partir en roadtrip et je souhaitais faire découvrir du pays à ma chère québecoise (elle était déjà venue 2 fois en France donc j’ai pu m’épargner les lieux touristiques de Paris… Ouf !).

Durant 5 jours, voici l’itinéraire que nous avons suivi pour notre road trip : il s’est concentré dans le Calvados et dans la région de l’Indre-et-Loire.

Mais c’est surtout l’automobile utilisée qui m’a procuré une plus valu côté fun non-négligeable puisqu’il s’agissait d’une vieille Triumph Spitfire 1500FH qu’une connaissance m’avait prêté.

Et c’est ainsi que nous avons fait nos 2 premiers jours en Normandie. Trouville, Deauville et Honfleur étaient de la partie. Par la suite, nous sommes descendus vers le sud via la nationale jusqu’à Angers où m’attendait Pablo, mon boss de ma précédente boite en France.

Sa femme et lui nous ont généreusement logé dans leur maison et je dois avouer que nous avons été reçu comme des rois. Endroit magnifique et calme, beau temps et bon barbecue en soirée, le tout avec un peu de vin s’il vous plaît. De mon côté, ça m’a fait pas mal plaisir de les revoir, notre dernière rencontre remontant à… Décembre 2009 !

Pour les jours restants du voyage, nous avons visité une bonne partie de la région des châteaux de la Loire en passant par les petites départementales. Les villages bordant la Loire s’enchaînaient les uns après les autres et il n’y avait rien de plus plaisant que de les découvrir, et ce, à travers un temps agréable et un itinéraire assez souple. Parmi nos découvertes nous comptons Cunault, Saumur, Loches, Blois et bien d’autres encore.

Pour les nuits suivantes, nous avons fait une halte à Chinon, puis enfin à Amboise. Magnifique ville, Amboise et son château m’ont laissé un excellent souvenir, sans oublier le salon de thé le Bigot, que je recommande personnellement pour aller se prendre un bon gros petit déjeuner à la française !

Nous avons visité les châteaux de Chenonceaux et Chaumont-sur-Loire. La forteresse de Chinon et le Clos Lucé ont également été de la partie. Enfin, nous nous sommes promenés autour du château d’Amboise et de celui de Chambord. Bref, il y avait de quoi faire et en étant un peu moins de 4 jours sur place, il a fallu restreindre le nombre d’endroits, sans pour autant se presser.

Mais c’est surtout le paysage et l’excitation à chaque entrée d’un nouveau village que j’ai adoré, surtout lorsque vous êtes en vieille Spitfire rouge. Autant dire qu’à chaque village, on nous souhaitait la bienvenue et les petits vieux étaient bien content de revoir une auto qu’ils avaient “quand ils étaient un peu plus jeune”.

Cependant, toutes les bonnes choses ont une fin (temporaire) et c’est lors du retour à Paris que nous sommes tombés en panne ! Et oui, forcément, il fallait s’y attendre mais ça s’est passé à la toute fin du séjour. Rien de bien grave, surtout que nous avions une bonne assurance, ce qui nous a évité de prendre trop de retard dans nos vacances.

Ravi de ce roadtrip, j’ai pu également constater que ma tendre québecoise était heureuse d’avoir découvert un peu du pays à bord d’une auto classique. A refaire dans une autre région, sans le moindre doute ! Mais la prochaine fois, on s’organisera tranquillement et on évitera de refaire une surprise un peu “tough” à la famille !

>> Voir les photos du roadtrip en France – Mai 2012 <<

9 jours de vacances à Chicago !

C’est avec un peu pas mal de retard que je rédige ce billet sur mes vacances. Et oui, à la fin août, je suis parti 9 jours passer mes vacances à Chicago ! Je rêvais depuis fort longtemps de visiter cette ville pour différentes raisons, entre autre pour sa culture musicale. Et bien autant vous dire que je n’ai pas … Lire la suite

1 petite journée dans le Vermont…

Le weekend dernier, je suis allé à Burlington, petite ville du Vermont. J’en avais entendu le plus grand bien et j’avais surtout besoin de changer d’air (sortir du Québec :p ).

A l’arrivée, j’ai eu la confirmation de ce que j’ai pu entendre. Bien que Burlington s’apparente plus à un très gros village qu’une ville, les bâtiments sont magnifiques et il n’y a rien de plus agréable que de se promener sur Church Street, même par un temps nuageux.

Collé à la ville, on peut également aller voir le célèbre grand lac Champlain… Mais vu le temps qu’il faisait, on s’est contentés de passer devant. Et puis le temps nuageux et la qualité moyenne de mon petit compact, les belles photos de bâtisses et paysages… Ça sera pour une autre fois ! Je devrais peut-être songer à m’acheter un meilleur appareil….

En tout cas, à moins de 2h de Montréal, Burlington est un bon spot pour prendre l’air, se balader, faire “un peu” de shopping et profiter d’un magnifique lac. A refaire quand il fera beau !

A la découverte de Boston !

Le weekend dernier, j’ai eu l’occasion d’aller découvrir Boston (et par la même occasion démarrer mon nouveau permis de travail lors du passage à la frontière au retour). Réputée comme étant la capitale américaine des fruits de mer, c’est aussi là que se trouve la célèbre université Harvard.

Après un petit 6h de voiture sans souci, nous sommes enfin arrivés dans la célèbre ville américaine. Pour info, nous sommes restés 3 jours plein sur place, ce qui est largement suffisant pour visiter tous les principaux quartiers de la ville en prenant son temps.

Oui, Boston fait parti de ces rares ville américaines qui peuvent se faire facilement à pied. Contrairement à New York ou Los Angeles, bouger d’un quartier à un autre ne vous demandera jamais plus de 20 min de marche (souvent 10), ce qui est plutôt sympa.

Nous avons commencé par visiter le quartier de Beacon Hill. Architecture très anglophone, j’ai trouvé qu’il s’agissait du quartier le plus joli de la ville pour y vivre. Toutes ces bâtisses en briques rouge avec leur petites portes, leur lampadaire éclairé au gaz et le calme qui y règne font de Beacon Hill un quartier résidentiel vraiment joli.

Le centre ville et front de mer sont censés être des quartiers très dynamiques mais on est à des années lumières d’un Time Square. Néanmoins, c’est aussi cela qui fait le charme de Boston. Des gros buildings assez imposants et pour la plupart magnifiques mais un dynamisme relatif, tout comme la foule d’ailleurs. Nous avons trouvé que la ville de Boston n’était pas surpeuplée. Peu de trafic, les trottoirs jamais trop blindé, c’est agréable pour se promener, même le samedi !

Le quartier du North End, essentiellement italien, est également bien sympathique. On trouve une multitude de petites épiceries tenues par des vieilles mamas… Non seulement ça donne l’impression d’être revenue en 1950 mais surtout, les produits qu’ils vendent sont délicieux. Nous avons d’ailleurs dîné dans ce quartier le soir même.

Durant la 2ème journée, nous avons concentré notre ballade dans le quartier de Back Bay. Ce quartier reste au final mon préféré car il représente un bon mix entre “belles habitations” et “boutiques branchées”. On trouve vraiment de tout comme boutique, que ça soit un Apple Store, des boutiques de vêtements ou encore un bostonien spécialisé dans la production de tous types d’huile d’olive et vinaigres succulents ! Bref, si vous allez à Boston, n’oubliez pas de faire ce quartier !

Le soir, nous sommes allés diner dans le quartier chinois. Sans être gigantesque, il est collé au quartier des théâtres. Nous avons dégusté une excellente soupe tonkinoise dans un petit resto choisi au hasard.

Nous avons consacré le dernier jour à la visite de Harvard Square où se trouve la célèbre université du même nom. Pour être honnête, j’ai été un peu déçu de l’état de l’université. Si l’extérieur des bâtiments est bien conservé, on ne peut pas en dire autant de l’intérieur… En tout cas, ça m’a fichu un petit coup de vieux de voir tous ces étudiants courir partout ou surfer sur leur Macbook. Néanmoins, le quartier autour de l’université est sympa et regorge de boutiques et libraires à visiter (on a trouvé quelques bonnes affaires côté bouquins).

Ce que j’ai aimé à Boston :

  • La gentillesse des gens en général. On les sent moins stressés qu’à New York et plus similaires aux gens de Montréal.
  • Les soupes de poissons ou de palourdes (miam).
  • Les quartiers Beacon Hill et Back Bay.
  • La beauté de la ville d’une manière générale.
  • L’aspect culturel bien mis en avant qui donne envie d’en savoir plus sur cette guerre d’indépendance.
  • La bouffe, correcte pour une ville américaine (les fruits de mer ne sont pas mauvais)

Ce qui m’a saoulé à Boston :

  • Le prix des hôtels (on paie cher pour ce qu’on a).
  • La taille des chambres d’hôtel (vu la gueule des immeubles, c’est partout pareil).
  • Le prix du stationnement (similaire à New York, soit un bon 25$/jour).
  • Leur obsession pour la friture : les calamars frits, c’est bon, c’est vrai… Mais pas besoin de faire frire le reste non plus !
  • La bouffe, si on la compare à ce qu’on peut manger en Normandie ou sur près de la côte Atlantique en France.

Pour terminer, j’ai envie de dire que Boston et Montréal ont pas mal en commun, ce qui n’est pas plus mal. Par contre, il faut un plan pour s’y retrouver car cette ville n’applique pas le quadrillage habituel des rues des villes d’Amérique.

Est-ce que j’y retournerai ? Oui, sans doute, mais + au printemps ou en été, quand il fera chaud… En tout cas, j’ai été ravi de pouvoir découvrir cette ville !

VOIR TOUTES LES PHOTOS DE BOSTON

 

1 semaine sur l’île de Cuba

Afin de faire une coupure dans cet hiver canadien assez long, j’ai décidé de prendre une semaine de congés au chaud, dans un pays que je ne connaissais évidemment pas : Cuba.

Durant mon séjour, j’ai fait un mix entre culture et repos. En effet, j’ai pu prendre un bon moment de détente sur les plages de Varadero pendant 4 jours. Puis, durant 3 journées, j’ai voulu aller visiter les villes de Matanzas et La Havane.

Varadero : tout sauf Cuba

Arrivé à l’aéroport de Varadero, j’ai pu noter un petit écart de température d’environ 40°C. Ca fait un choc et ça fait du bien ! Si Varadero possède des plages absolument magnifiques (eau turquoise et transparente), ça ressemble plus à une station balnéaire générique qu’on pourrait trouver dans n’importe quel pays du sud. En clair, cette ville n’est absolument pas représentative de l’île de Cuba.

Néanmoins, prendre un peu de repos, manger quand on le souhaite, bronzer et fonctionner au ralenti m’a fait énormément de bien et j’ai rapidement oublié toute ma vie à Montréal.

En visitant un peu la ville, j’ai vite repéré une quantité astronomique de voitures d’époques mais aussi quelques indices qui nous montre bien qu’on est au sein d’une dictature, malheureusement… Aller dans un supermarché et voir qu’il y a le choix entre 2 marques de produits pour une quantité de produits remplissant à peine 2 allées suffit à vous faire un petit froid dans le dos.

Après, j’avais beau m’habiller comme un pouilleux et rester discret, je n’ai pas échappé à la dizaine de coups journalier de klaxon de taxis ou calèches qui proposaient de me transporter…

Matanzas : première ville vraiment cubaine

Situé à environ 50km de Varadero, je suis partir visiter cette ville pendant une journée complète. Il s’agit là d’une ville portuaire, typiquement cubaine avec 0 touristes et quasiment 0 produits issus de l’étranger. J’ai enfin pu me retrouver à Cuba et l’expérience fut enrichissante et choquante.

Aucun doute sur le niveau de vie, il reste quand même très pauvre, pour peu qu’on ne travaille pas dans le milieu du tourisme. Néanmoins, les cubains restent des gens gentils et courtois (même ceux et celles qui ne vous demandent pas d’argent ou en mariage). Rien à redire côté sécurité également. J’ai eu beau me promener dans les différents quartiers de la ville, je n’ai eu aucun souci.

J’ai vraiment aimé explorer et découvrir chaque quartier, avec son ambiance propre. Les mama jettent l’eau sale dans les rues, les gens âgés jouent aux écheces sur le capot de leur vieille chevrolet, les jeunes femmes se parlent par balcon interposés et les enfants jouent au foot dans la rue, entre les poulets et les moutons. Tout cela crée une ambiance paisible et typiques que j’ai trouvé vraiment conviviale.

Quelques édifices magnifiques, une vue impressionnante du haut de la ville, Matanzas reste une ville à visiter.

La Havane : l’ambiance cubaine à l’état pur

Il m’était bien sur impossible de rester sur l’île de Cuba sans aller visiter La Havane. Située à 140km de Varadero, j’ai mis environ 2h30 en car climatisé. N’ayant rien réservé au préalable, j’ai trouvé dès mon arrivé une chambre d’hôte. Pour faire simple, l’Etat autorise certains habitants à proposer des chambres d’hôte. Dormir chez l’habitant me tentait et au final, je peux vous assurer que c’est une bonne expérience. Quoi de mieux que de passer un moment au sein d’une petite famille cubaine et échanger sur le pays, les coutumes…

Pour en revenir à La Havane, la capitale de Cuba est vraiment magnifique. J’ai d’abord démarré ma visite dans le quartier de la “Habana Vieja”, dite la vieille ville. Architecture somptueuse, jolies ruelles, c’est un vrai régal pour les yeux.

J’ai poursuivi ensuite ma découverte en allant déambuler dans le Centro Habane et le Maleçon. Le premier quartier représente le centre de la Havane, très populaire, assez pauvre mais qui rappelle l’ambiance que j’ai pu voir à Matanzas. Le Maleçon est en fait une longue promenade qui longe la mer sur 8km. C’est assez sympa de s’y promener, même si la route à double sens gâche un peu le bruit des vagues.

Le lendemain, j’ai passé toute la journée à visiter le quartier du Vedado. Ce quartier est vraiment génial, dans le sens où il ressemble à un quartier américain des années 30. Rues perpendiculaires, grosse activité, peu importe l’heure de la journée, c’est très vivant. De la Plaza de la Revolution jusqu’au Maleçon, j’ai pris le temps de me promener dans ce superbe quartier.

Je me suis principalement déplacé à pied mais j’ai fait l’expérience de tester les coco taxis. Il s’agit de petite mobylette aménagée pour recevoir 2 passagers à l’arrière. Pas de ceinture de sécurité, pas de casque, la petite ballade reste néanmoins agréable. Si le prix n’est vraiment pas cher (environ 5$ pour 25 min de route), il ne faut pas non plus être pressé, la vitesse de ces engins ne dépassant pas les 40kmh !

Conclusion

Cuba est une Île pleine de richesses avec une culture qui lui est propre. Ma première expérience sur l’île a été très positive. Je pense néanmoins ne jamais retourner à Varadero, endroit paradisiaque et trop matérialiste. En revanche, j’aimerais bien retourner à Cuba pour visiter le Sud Est de l’île, plus tropical et plus campagne.

La seule chose déplaisante en tant que touriste est qu’on vous harcèle assez souvent pour de l’argent. N’oubliez pas : Cuba est une île pauvre et les gens sont prêts à beaucoup d’efforts pour quitter cet endroit où vivre plus confortablement. De mon point de vue, si les taxis essayent de profiter des touristes pour multiplier les prix par 3 (il faut négocier les prix avant le trajet), laisser des tips aux serveurs, femmes de chambres est plus que recommandé, tant le niveau de vie de ces personnes n’est pas élevé… Malheureusement !

 

Vacances: retour temporaire en France

Ca y est ! Le 24 décembre à midi, ma compagnie a fermé ses portes et ne rouvrira que le 4 janvier 2011. J’en profite pour rentrer quelques jours en France, voir les amis, la famille et récupérer quelques affaires utiles au passage. Une chose est sure, malgré l’aller retour en avion, j’ai hâte de pouvoir me reposer, en profiter, … Lire la suite

A la découverte du Kansai

Après 5 jours de découverte au sein de la capitale japonaise, nous nous sommes empressés de prendre la JR line et son magnifique train à grande vitesse pour nous rendre à Kyoto, à l’ouest du Japon. Le Kansai est une région située à 3h de train de Tokyo.

Premier constat : les trains sont d’une propreté étonnante et il y a beaucoup, mais alors beaucoup d’espace pour ses jambes. La classe « éco » est bien plus spacieuse que la première classe des TGV de la SNCF. Pas besoin de se lever si la personne à côté de vous veut bouger, elle passe largement ! Quant aux détritus, il n’y en a pas un seul. Attention tout de même à réserver un wagon « non-fumeur » si vous n’aimez pas la cigarette. Et oui, les trains à grande vitesse possèdent des compartiments fumeurs.

 

Le Japon : premiers pas à Tokyo

(L’article ci-dessous provient de mon blog semi-professionnel, j’y mets le début et la suite et à lire directement sur la page d’origine).

Plutôt qu’une longue histoire, je propose de vous faire part d’une petite synthèse de notre circuit, programmé un peu « à la sauvette ».

Après 12h de vol, l’arrivée fut un peu fatigante. Je débarque dans une nouvelle ville, je dors à moitié debout et 50% des panneaux sont incompréhensibles à mes yeux ! Mais à part ça, tout baigne !

La recherche d’un hôtel pour ces 5 premiers jours ne fut pas très fastidieuse. Le TIC (Tourist Information Center) vous accueille très bien et vous trouve rapidement un hôtel en fonction de votre budget, du type d’hôtel recherché et de son quartier. En 20 min, l’histoire du logement était réglé. Comptez environ 35€ pour une chambre de deux dans un hôtel convenable en basse saison.