2 jours à la découverte de Cape Cod

Nous sommes à la mi-septembre, il fait encore bon et la période de la canicule est terminée. C’est le bon moment pour aller au bord de l’océan. On réserve sur un coup de tête un petit hotel à Cape Cod histoire de passer un weekend et découvrir cette grosse péninsule du Massachusetts. Malgré un nom peu envoûtant (la baie aux … Lire la suite

1ère visite de la ville de Providence, Rhode Island

Il y a quelques jours, un dimanche, nous souhaitions sortir un peu de la région de Boston. On a alors décidé de s’en aller pour la capitale du Rhode Island (plus petit Etat du pays) : Providence. Situé à moins d’une heure de Watertown, sachez qu’il est tout à fait possible de visiter la ville en 1 petite journée. Nous … Lire la suite

Visiter le musée Isabella Stewart Gardner à Boston

Aujourd’hui, on s’en va au Musée d’Isabella Stewart : cet endroit nous faisait du coin de l’oeil depuis quelques temps et c’est l’occasion de varier un peu les plaisirs à Boston (et surtout faire un peu une pause sur la partie administrative). D’autres posts arriveront sur la partie expatriation mais on s’est dit que tout mettre dans l’ordre n’était pas … Lire la suite

GeorgeTown Islands et Five Island (5/5)

A mi-chemin entre Brunswick et Boothbay Harbor, la péninsule de Georgetown mérite un petit détour si l’on souhaite se rendre au petit port pour déguster un lobster roll tout droit sorti de l’eau. En effet, notre hôte nous a suggéré d’aller manger un sandwich au homard au Five Islands Lobster Co. Alors, ne nous cachons pas derrière ce long nom. … Lire la suite

Boothbay Harbor, beau petit village portuaire du Maine (4/5)

Suite à la visite d’East Boothbay, nous nous sommes rendus à Boothbay Harbor, joli petite ville portuaire à l’Est de de Brunswick. Contrairement à East Boothbay, Boothbay Harbor reste une ville plus touristique avec ses cafés, restaurants et différentes boutiques. Mais c’est aussi l’occasion d’aller faire un tour en mer pour une somme raisonnable (60$ pour 2 personnes pour un … Lire la suite

East Boothbay, bout de côte magnifique du Maine (3/5)

Situé à 45 minutes de Brunswick, East Boothbay est le quartier Est de la ville de Boothbay Harbor. Répartie sur une longue péninsule, la route permettant de se rendre à East Boothbay (Ocean Point Road) est tout simplement magnifique à traverser, tant pour contempler les villas que l’on croise mais surtout le paysage côtier, tout simplement à couper le souffle. En … Lire la suite

Une soirée dans la ville de Bath, Maine (2/5)

Nous avons eu l’occasion de passer une soirée dans la ville de Bath. Située à une vingtaine de minute à l’Est de Brunswick, Bath est une magnifique petite ville au bord de la rivière Kennebec. Encore plus calme que Brunswick, la ville n’en reste pas moins charmante pour une bonne ballade, mais aussi pour un excellent souper ! Nous avons eu … Lire la suite

Un long weekend dans le Maine en été (1/5)

Durant l’été, j’ai eu l’occasion de partir faire un road trip dans le Maine pour me rendre dans les environs de Brunswick, que j’avais déjà visité lors d’un hiver précédent. Cette fois-ci, la route se fait en MGB et nous avons choisi de passer par les routes de campagne et montagne depuis le Québec, en passant par le New Hampshire pour … Lire la suite

5 jours à Las Vegas avec un détour par l’Utah

Pour célébrer et bien démarrer la nouvelle année 2015, j’ai eu la chance de partir avec des amis passer 5 jours dans la région de Las Vegas ! A la visite de Vegas pour la 2ème fois, j’ai pu découvrir la ville en plein hiver pendant sa période la plus froide. Avouons-le tout de suite, la température reste plus douce … Lire la suite

Randonnée à Algonquin Peak

Le weekend dernier, je suis parti avec des amis dans l’État de New-York en vue d’une bonne grosse journée de randonnée. Nous sommes allés monter Algonquin Peak. Arrivé la veille dans une auberge à proximité, la randonnée a démarré le samedi matin à 8h15 sous un mix entre soleil et nuages. Bien équipés en bouffe et eau, nous sommes prêts … Lire la suite

Un long weekend à Philadelphie

New-York, Boston, Portland et Washington ? Oui, ce sont des villes à faire sur la côte Est et j’ai eu l’occasion d’y aller 1 fois si ce n’est plus. Mais depuis quelques temps, j’avais envie d’aller visiter Philadelphie et le long weekend du 1er juillet a été l’occasion de le faire. Du coup, en s’organisant un peu, j’ai pris l’avion … Lire la suite

Vivre le Coachella Festival édition 2014 : done !

Il s’agit d’un rêve qui date de plusieurs années mais j’ai enfin fini par le réaliser : participer au moins une fois dans ma vie au Coachella, un des meilleurs festival de musique au monde.

Ce festival a lieu chaque année dans le désert de Californie, à environ 3h de route à l’Est de Los Angeles. Il se déroule sur 3 jours, durant 2 weekend du mois d’avril. Un de mes meilleurs amis d’enfance habitant là-bas, j’ai décidé de le rejoindre pour qu’on vive ensemble cet événement de folie.

1. Un festival plus ou moins accessible depuis Montréal

Depuis le Québec, il est possible de trouver des billets d’avions accessibles pour L.A (entre 500 et 600$ aller-retour). Le ticket du festival coûte environ 400$ et il a fallu compter encore quelques $$ pour le logement. Si vous êtes au Québec et que vous décidez d’y participer, prévoyez un peu de sous de côté. Depuis la France, prévoyez pas mal de sous. Quoiqu’il en soit, avec un décalage horaire de 3h par rapport à Montréal, j’ai pu pleinement profiter de ce Coachella édition 2014.

2. Une ambiance vraiment agréable

L’emplacement du festival est vraiment impressionnant : immense espace aménagé en plein désert, plus de 6 scènes de concert, de la place pour circuler et pas mal d’artistes qui viennent présenter leur création artistique (non-musicale) fortement appréciées. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé la chaîne de ballons et le cosmonaute géant.

Dans le festival, pas mal de monde mais une excellente ambiance, pas de gens avec un comportement étrange et aucun signe d’impolitesse à noter. C’est peut-être dû au fait qu’il est interdit de boire de l’alcool devant la scène d’un concert mais au final, cette interdiction tombe à pic car on peut pleinement profiter de chaque concert sans avoir peur de se prendre un verre de bière sur la figure.

On s’habille comme on le souhaite, et autant dire que certains se sont vraiment donnés côté accoutrement. Pour ma part, j’ai opté pour l’aspect kitch et ridicule… Qui a eu son effet positif ! Ça danse, ça sourit, ça crie mais tout cela dans le but d’exprimer une joie commune d’être au Coachella. Sans compter que tous les concerts ou presque sont en plein air, donc on profite également du coucher de soleil pour certaines représentations… Croyez-moi, ça a son petit effet sur l’ambiance !

Dur d’exprimer tout ce que l’on ressent tellement c’est la joie mais quoiqu’il en soit, j’en retiens une atmosphère extrêmement positive.

3. Le line-up

Mais allons directement à l’essentiel, à savoir les artistes ! Et de ce côté, on peut dire que le line-up était sacrément excitant ! La durée d’un concert était généralement d’une heure, voire plus pour certains. J’ai pu écouter pas mal d’artistes au cours de ces 3 jours et en profiter pour en découvrir quelques uns sur la scène directement.

Les déceptions du festival

  • Skrillex : des morceaux très génériques (ou sont ses meilleures tubes) et un réglage sonore catastrophique
  • Martin Garrix : du boom boom de fête forraine… Bref, de la soupe si on peut dire
  • Calvin Harris : le concert n’était pas mauvais, c’était même celui ou il y avait le plus de monde. Tous ses meilleurs morceaux sont passés mais comment dire… Il a appuyé sur play et c’est tout : aucun mix, aucune variante, rien du tout, c’est comme si vous écoutiez son CD.
  • Caravan Palace : ceux et celles qui me connaissent savent que j’aime beaucoup l’électro-swing. Seul problème : ce groupe ne s’est pas renouvelé depuis 2010 et on commence cruellement à le ressentir. Le son n’était pas non plus au rendez-vous.

Les bonnes surprises

  • Elie Goulding : je ne l’avais jamais vu en concert, c’était vraiment fun : belle voix, bonne ambiance, les morceaux s’enchaînent et on se laisse entraîner.
  • Kid Cudi : j’ai été surpris qu’il chante très peu de rap et surtout, on a eu le droit à un enchaînement avec les 2 versions de Poursuit of Happiness.. Bien joué Kid !
  • Girl Talk : je ne le connaissais pas avant le festival. Ce DJ, en plus de bien mixer, a la particularité de faire monter un max de public sur la scène. En gros, il fait sa soirée à lui… Sur une scène du Festival ! Après tout, pourquoi pas. Décor bien fun aussi autour du DJ.
  • Haim : un groupe de rock pour bien démarrer la première journée. Pas mal du tout, ça se laisse bien écouter.
  • MGMT : excellente prestation sur scène, je n’ai pas été déçu sans être un fan ultime du groupe.
  • Empire of the Sun : belle prestation… Avec les déguisements bien entendu.
  • Pet Shop Boys : retour aux années 90 avec de la vieille dance comme on l’a connu. Nostalgique, des déguisements à mourir de rire (ou très suspects selon le point de vue)… C’était fun.

Ceux qui ont dépassé mes attentes

  • Disclosure : un concert époustouflant. En plus du montage audiovisuel, ils ont remixé la plupart de leur morceaux ou alors nous avions le droit à des versions étendues… Un live qui diffère des morceaux réguliers : très bon.
  • Fatboy Slim : un mix époustouflant du début à la fin. Aucun temps mort, une excellente gestion du tempo. On sent qu’il a de la bouteille et qu’il sait comment faire pour rendre un public complètement dingue ! Probablement mon préféré du festival.
  • Arcade Fire : je ne suis pas fan du groupe mais j’ai été incroyablement surpris par leur performance en live. Non-seulement ça a duré longtemps mais ils ont vraiment bien joué.
  • Chromeo : j’adore déjà ce groupe et je les ai vu souvent… Mais à chaque concert, ils arrivent à apporter une petite touche personnelle pour se différencier d’un autre show… Et le Coachella n’y faisait pas exception. Sans compter leur nouveau single. Ils dégagent une excessive « bonne humeur ».

4. Autour du festival

En dehors du festival, c’était la bonne ambiance à l’américaine dans les grosses villas à partager entre amis. Respect mutuel, bon esprit festif, je peux dire que j’ai pu en profiter… Il faisait si chaud qu’entrer dans une piscine non-chauffée évitait juste d’avoir « trop chaud ».

Quoiqu’il en soit, si c’était à refaire, je pense que je le referais… On verra l’année prochaine !

_DSC9589

_DSC9609

_DSC9614

_DSC9646

Partir en long weekend pour la fête du travail du Canada

Le weekend dernier, le lundi était férié pour célébrer la fête du travail au Canada, tout comme aux Etats-Unis. Nous avons décidé d’aller à Boston. Départ samedi matin à 6h et retour le lundi soir. J’étais déjà allé à Boston il y a un peu plus de 2 ans et revisiter la ville en été m’a beaucoup plu. Malgré le … Lire la suite

Lafayette, Crowley, Tabasco, Lake Martin et Cie (5/5)

  1. 1. La Nouvelle Orléans
  2. 2. Le Swamp tour
  3. 3. Les plantations et St-Francisville
  4. 4. Natchez et les alentours d’une ville historique
  5. 5. Lafayette, Crowley, Abbeville et compagnie

La dernière partie du road trip s’est terminé sur une découverte de la région de Lafayette. Avant d’aller plus loin, sachez une chose : la route pour revenir de Natchez n’est pas la plus envoutante : campagne, barrage, campagne, fermes et barrages encore. Bref, une fois sorti de cette monotonie routière, voilà à quoi ressemble la dernière partie du circuit :

Arrivé à Lafayette, on constate que le coeur de ville est plus petit qu’on pensait. Qu’à cela ne tienne, nos ventres crient famine et nous avons réussi à trouver de bons établissement pour manger un morceau. Un peu de promenade en après-midi, c’est surtout le soir que la musique s’éveille dans certaines places à Lafayette.

Jouxtant notre B&B, un bar accueillait une vingtaine de musiciens cajun et l’ambiance était vraiment pittoresque. Boissons, musiques, rires, rencontres avec les locaux, bref, tout ce qu’il faut pour s’amuser, se décontracter et faire quelques rencontres. La scène était original dans le sens ou des musicien(ne)s jouaient mais n’importe qui pouvait embarquer avec son instrument et compléter le groupe; je me souviens encore du petit papi qui était à fond avec son triangle. Seul truc moins fun : la scène était collée à notre chambre, donc pas le choix de faire la fête jusqu’au bout !

On retrouve bien la trace d’anciens acadiens à Lafayette, notamment à travers la cathédrale Saint Jean. Mais c’est plus le chêne de 450 ans situé juste à côté de la cathédrale qui m’a surpris. Très large, l’arbre est soutenu de partout tellement il a eu le temps de s’étaler. J’ai également noté quelques boutiques d’artisanat assez sympas.

Le lendemain, en route vers l’Ouest à Crowley, petite ville où l’on nous dit que les gens sont très sympathiques. Alors certes, la ville ne paie pas de mine, hormis la rue principale que j’ai bien aimé mais je confirme la sympathie excessive des locaux. Posé à un café/brunch du matin (Joppe Courtyard Cafe), la responsable du café a commencé à taper la discussion avec moi jusqu’au point où elle souhaitait me faire passer pour un photographe pro parce que j’avais pris son café en photo :). Bref, les gens sont chaleureux là-bas, ça se voit et en plus, c’était bon !

Peu après, on se dirige vers Abbeville, petite ville pittoresque avec un quartier industriel, une place centrale qui rappelle la France et quelques belles bâtisses. Ça se visite vite mais encore une fois, ca donne une belle impression de la vie des locaux.

En repartant vers l’Est, on arrive à l’usine de Tabasco. La visite de cette usine vaut le coup, même si c’est assez orienté marketing/commercial. Déjà parce qu’en moins de 10 minutes, vous connaîtrez tout ce qu’il faut savoir sur les origines de cette usine. Ensuite, parce que la vidéo que l’on peut voir est présentée par une femme qui a une coupe des années 90 et un tailleur des années 90… Ça fait rire et il serait temps qu’ils mettent à jour leur vidéo de présentation. Autour de l’usine, la boutique de souvenir où l’on peut acheter plein de produits à base de tabasco : plein de variété, des bonbons au tabasco, des compotes, etc…

La veille, nous avions sympathisé avec une bande de motards que nous avons revu par hasard à cette usine. Vu que le contact était bien passé, on est parti à moto avec eux visiter le parc voisin de l’usine pour voir un peu de faune et de flore.

Ensuite, route vers le nord, où l’on traverse St-Martinville sans vraiment s’y arrêter. C’est mignon mais c’est vraiment très très petit comme endroit.

Et finalement, on trouve une cabane à louer à Breaux-Bridge, village au bord de l’eau et près du swamp tour que nous avions réservé quelques jours avant. C’est mignon, rustique et quelques moustiques ont décidé de faire copain copain avec nous (notre cabane était à 10m de la rivière). Le soir, nous sommes allé manger dans un restaurant cajun pas mal du tout. Musique d’ambiance, du choix dans les plats et un bon service. Au passage, j’ai bien ri lorsque j’ai les traductions françaises de certains noms de plats).

Le dernier jour passé dans la région s’est achevé avec une ballade en canot sur le Lake Martin, accompagné par un vrai guide cajun. Enfin un habitant qui ose nous parler en français, même s’il diffère du nôtre. On se comprenait parfaitement et c’était vraiment intéressant d’avoir un retour d’expérience de vie d’un local, tout en ayant le droit à une visite guidée complète du fameux  lac : alligators, tortues, oiseaux, canards et Cie étaient au rendez-vous.

POUR CONCLURE

Le dernier jour de notre voyage s’est traduit par un retour à NOLA avec une dernière visite de la ville. Si la Louisiane reste l’État le plus pauvre des États-Unis, il est loin d’être inintéressant, bien au contraire. Si vous recherchez un bout d’Amérique dépaysant, loin de toute tradition urbaine, vous êtes à la bonne place. De plus, ce mélange culturel donne naissance à un environnement chaleureux, accueillant et sans stress.

Ce que j’ai adoré :

  • La Nouvelle-Orléans (surtout le soir)
  • Les Swamp tours
  • Les plantations
  • La sympathie des locaux
  • Notre B&B à NOLA
  • Les écrevisses de la région
  • Natchez !
  • Frais quotidiens peu élevés
  • Le mélange culturel
  • La faune et la flore !

Ce que j’ai moins aimé :

  • Les moustiques, peu nombreux mais voraces.
  • Sentiment d’insécurité dans certains quartiers de NOLA.
  • Les taxis (pas tous super sympas).
  • Pas de permis de conduire ? Annule ton voyage.
  • Bâton Rouge
  • Les moules frites, pas mauvais mais pas extra non plus
IMG_8228
La ville de Crowley, presque déserte et pourtant si chaleureuse…
IMG_8237
Les français sont passés par ici !
IMG_8265
Un artisan dans la ville d’Abbeville…
IMG_8275
Structure asiatique ramené pendant la guerre du Vietnam qui orne le parc près de l’usine de Tabasco.
IMG_8276
Quand on vous dit qu’il y a des oiseaux en Louisiane…
IMG_8295
A Breaux-Bridge, on sait ce que les habitants aiment…
IMG_8296
Près de notre cabane à Breaux-Bridge.
IMG_8309
Lake Martin !
IMG_8329
Un habitant du Lake Martin
IMG_8376
Un habitant volant du même lac.

En route vers Natchez ! (4/5)

  1. 1. La Nouvelle Orléans
  2. 2. Le Swamp tour
  3. 3. Les plantations et St-Francisville
  4. 4. Natchez et les alentours d’une ville historique
  5. 5. Lafayette, Crowley, Abbeville et compagnie

Enfin ! Plus d’un mois après ce voyage, je n’ai pas encore trouvé le temps de terminer la rédaction de mon récit. Ça prend du temps !

Au départ de St-Francisville, on se dirige vers le Nord. Rapidement, on quitte la Louisiane pour traverser un bon bout de l’État du Mississippi (La Louisiane est à quelques km à l’Ouest). Aucun souci sur la route mais le trajet est un peu monotone.

En chemin, on s’arrête à Woodville, petite ville d’un peu plus de 1000 habitants. Pas du tout touristique, sa visite (qui s’effectue en 30 minutes à peine) fut cependant intéressante. On sent que l’on est dans une ville certes à moitié endormie, mais avec du cachet. Tout est « d’époque » et si vous aimez Lucky Lucke, vous retrouverez certaines similitudes. La pauvreté est assez présente mais malgré cela, les gens sont toujours aussi gentils et chaleureux. Nous étions les seules « visages roses » du coin, la population du coin étant composée à 80% d’afro-américains.

Une station essence sur la gauche avec pas mal de gens qui sont assis à se dorer au soleil, des magasins d’antiquités à droite et une artère principale avec quelques boutiques. Quelques très vieux camions de pompiers/ambulanciers décorent la place publique (ils ne doivent pas servir beaucoup dans cette ville paisible). 2-3 voitures antiques stationnées et voilà, on a fait le tour de la ville. Bon, ok il y a le tribunal au centre mais il semblait bien moderne comparé au reste.

Bref, on repart vers le Nord et on arrive enfin à Natchez. Premier constat : c’est beau et la vue est splendide, la ville occupant le sommet d’une falaise qui donne sur le Mississippi. De l ‘autre côté du pont qui sépare la rivière, c’est la Louisiane. Natchez est d’ailleurs la ville la plus ancienne de l’État du Mississippi.

Après avoir trouvé un endroit pour s’héberger (merci l’office du tourisme), on commence à visiter la petite ville. Le centre regorge de magnifiques demeures pour la plupart historiques. L’animation du « centre-ville » reste néanmoins très discrète… Pour vous dire, on a galéré à trouver un marchand de crèmes glacées ! C’est calme mais c’est agréable. On nous annonce un 20 000 habitants… mouai, pas sûr.

En revanche, s’il y a bien un cimetière qui mérite un détour, c’est bien celui de Natchez : pour faire simple, je n’ai jamais vu un cimetière aussi grand de toute ma vie. Il est possible de se promener à l’intérieur en auto tellement c’est grand. On en a fait une partie à pied et le style des pierres tombales varient avec certaines qui sont très élaborées et très belles. Bien que pas très fan de cimetière, j’ai été impressionné par le Natchez City Cimetery.

Pour changer de registre, on trouve facilement quelques bonnes places pour se restaurer à Natchez : je vous recommande Slick Rick’s Foods et Pearl Street Pasta. On mange bien aux deux sans se ruiner et le service est bon.

Enfin, la fin de journée est un vrai régal pour les yeux car en descendant la colline de la ville vers le Mississippi, on peut profiter du beau coucher de soleil : merveilleux ! Je n’étais d’ailleurs pas le seul photographe à attendre le soleil.

Bref, le détour jusqu’à Natchez vaut vraiment le coup, surtout si l’on veut ressentir le fait qu’il s’agit d’une vieille ville qui semble avoir conservé ses valeurs, son infrastructure de l’époque mais surtout son charme et son ambiance. Pas mal de choses à faire autour méritent qu’on s’y attarde un peu plus d’une journée entière.

IMG_8115
Le camion de pompiers de Woodville ne date pas des années 2000…
IMG_8113
Woodville, ville semi-abandonnée et pourtant si charmante à visiter.
IMG_8183
Ce vieux bateau reconstitué est en fait un casino !
IMG_8151
Le cimetière de Natchez.
IMG_8160
Cette vue du cimetière ne représente qu’une infime partie de sa taille réelle…
IMG_8167
A Natchez, chacun décore sa maison comme il l’entend !
IMG_8168
Natchez en fin de journée…

La Louisiane : St-Francisville et les plantations (3/5)

Pour la suite du voyage, on loue une voiture et on s’en va vers l’Ouest en direction des plantations.

Première constatation frappante : en Louisiane, c’est la flore qui tolère l’être humain et non le contraire. L’autoroute est enveloppée par les arbres de bas en haut et de long en large. L’autoroute verte, ça se passe en Louisiane !

Nous avons commencé par visiter 2 plantations situées à l’Ouest de NOLA : Laura et Oak. Chacune d’entre elle a un style très particulier mais les 2 restent magnifiques et culturellement intéressantes.

Oak Alley Plantation

Cette plantation, probablement la plus connue autour de la Nouvelle Orléans, a servi pour le tournage de nombreux films. « L’allée des chênes » est un site historique des États-Unis qui est vraiment magnifique. Promenez-vous dans l’allée et contemplez ces chênes d’une beauté incroyable : c’est beau, envoutant et on a vraiment l’impression que ces arbres sortent tout droit des films de type Harry Potter ou Seigneur des anneaux.

Le manoir, qui date d’avant la guerre de sécession, est bien entretenu et on apprécie d’entendre toute l’histoire de ce domaine. Dans ce plantation, on cultive la canne à sucre. Fondée à l’origine par un français, elle a été ensuite dirigée par des américains. On notera le style un peu « grec » du manoir avec des énormes colonnes.

Laura Plantation

Cette plantation, située à quelques km de Oak, a elle aussi été fondée par un français puis gouvernée successivement par plusieurs femmes. On y cultive aussi la canne à sucre.

Durant la visite, on a vite remarqué le style bien plus créole (plus simple et plus minimaliste qu’Oak). De plus, la visite s’effectuait sur la mise en avant de la vie de toutes ces femmes. Pour ma part, j’ai particulièrement aimé ce côté créole que l’on retrouve à travers toute la plantation, que ce soit les allées mais aussi les cabanes et la maison principale. A noter qu’il est possible de faire la visite de la plantation en français (pour notre part, on a choisi de la faire en anglais pour ne pas attendre un autre 30 min avant la prochaine visite).

Seul truc dommage : si la plantation et son histoire sont passionnantes, c’est dommage qu’on ne puisse pas se promener librement sur le domaine. De ce point de vue, Oak était plus agréable.

Sur la route, entre les 2 plantations, il y a une petit snack bar. De l’extérieur, ça ne ressemble à rien mais allez-y, on est bien reçu et on y mange très correctement. C’est d’ailleurs là-bas que j’ai goûté pour la première fois de ma vie de l’alligator en burger. Cette viande blanche a un goût qui se rapproche légèrement du porc sauf que ça reste plus prononcé.

On reprend ensuite la route. On traverse Bâton Rouge, sans vraiment s’y arrêter pour 2 raisons : c’est loin d’être joli et l’ambiance était au plus bas (c’est assez mort les villes administratives).

Résultat : nous avons poursuivi notre route jusqu’à St-Francisville.

Anciennement capitale de l’ancienne Floride (en 1810), cette petite ville compte un peu moins de 2000 habitants… Mais quel charme ! Des maisons historiques appartenant à des particuliers à couper le souffle, une atmosphère ultra décontracte et encore une fois, des gens vraiment accueillants.

Sachant que nous n’étions pas présents durant la saison touristique, nous avons réussi à trouver un bed&breakfast de de dernière minute, le St-Francisville Inn. Pittoresque par sa structure, le tout ressemblait au final à un hôtel « de la région » mais nous avons très bien dormi.

La ville est petite mais belle, on peut aller jusqu’au bout de la route et contempler le fleuve, sans oublier quelques petites places historiques sur le chemin. Bref, à faire, voire à refaire si l’on cherche un petit paradis de calme et beauté de la Louisiane.

IMG_8021

IMG_8025

IMG_8033

IMG_8049

IMG_8087

IMG_8090

IMG_8093