La Louisiane : le swamp tour (2/5)

Durant notre séjour à la Nouvelle-Orléans, nous avons l’occasion de découvrir à moins de 2h un premier environnement sauvage magnifique via une activité bien connue de la région : le swamp tour.

  1. 1. La Nouvelle Orléans
  2. 2. Le Swamp tour
  3. 3. Les plantations et St-Francisville
  4. 4. Natchez et les alentours d’une ville historique
  5. 5. Lafayette, Crowley, Abbeville et compagnie


Agrandir le plan

Situé au Nord-Est de la Nouvelle Orléans, nous avons trouvé une compagnie qui ne nous a pas déçu sur l’activité. Certes, il faut y mettre un peu le prix, mais je vous garantie que ces 2h de ballades valent le détour.

Assis dans un petit bateau de 10 places, le guide local nous emmène sur la grande rivière à la découverte de la faune et la flore. C’est parti pour 2 heures de découvertes et de contemplation.

D’abord, on se rend compte rapidement qu’en Louisiane, la faune et la flore sont protégés  tant on se sent vraiment dans un environnement sauvage. Rien n’est altéré par l’homme ou presque et en petit groupe, on a le sentiment de se sentir parfois observé. Au passage, nous avons appris que l’eau sur laquelle nous naviguions était ultra propre et était potable pour les habitants (après être passé dans un filtre j’imagine).

La flore, bien verte comme il faut

La première chose qui frappe est cette quantité d’arbres qui poussent directement dans l’eau. Ils ne sont pas pourris bien au contraire, ils sont même relativement hauts et larges. La bonne majorité d’entre eux sont des cyprès et on observe une mousse qui pousse dessus : il s’agit d’une mousse espagnole qui servait (sert encore ?) à faire des torchis. Notez que les troncs de ces arbres valent des milliers de dollar. Il est bien sûr interdit de les arracher mais si l’un d’entre-eux s’arrache à cause d’une tempête, on peut le récupérer gratuitement et l’utiliser à usage personnel (où le revendre si on manque de sous).

On observe aussi quelques oliviers et d’autres hautes herbes mais il faut s’avouer quelque chose : la végétation est dense, très dense… On pourrait presque se croire en Afrique, sans compter la mousse qui recouvre parfois l’eau stagnante.

Un seul mot : magnifique !

Une faune exotique et impressionnante

Le premier animal rencontré dans le swamp fut… L’alligator. Sans surprise, cet animal est très répandu dans les rivières et lacs de la Louisiane. Pas spécialement agressif envers l’être humain, on nous recommandait néanmoins d’éviter d’aller le flatter avec le creux de la main :-). Cet animal reste discret et aime se faire dorer au soleil. Les petits sont presque mignons mais les adultes sont impressionnants (plus de 4m de long !).

On observe également des tortues d’eau à gauche à droite… Certaines sont assez grosses (oubliez la petite tortue que vous achetez en magasin, ici c’est du sérieux).

Les oiseaux sont nombreux et variés aussi : rapaces en tout genre, petits oiseaux très colorés, on trouve également de grands hérons d’eau un peut partout.

Les serpents ne sont pas en reste non plus car on compte plus de 50 espèces vivants en Louisiane mais seulement 3 sont mortelles pour l’homme. J’ai pu en apercevoir un sur un tronc mais le guide n’a pas souhaité nous préciser s’il était dangereux ou pas…

J’ai eu aussi la chance d’apercevoir une belle araignée d’eau. Enfin « belle » n’est peut-être pas le mot qui convient mais même si ce n’était pas une adulte, ça reste suffisamment impressionnant à voir, surtout lorsque la bête se situe genre à 1m de votre visage, en pleine liberté.

Il existe également des petits cochons sauvages mais vu que nous arrivions en fin de journée, nous n’avons pas eu la chance de les apercevoir.

Néanmoins, la faune mélangée à la flore donne un environnement exhalant, magnifique et qui nous dépayse réellement de ce qu’on a l’habitude de voir en Amérique du Nord : c’est beau, très beau et surtout, très bien protégé.

IMG_7918
Une cabane d’abris ou de ravitaillement pour ceux qui font de longs trajets sur la rivière.
IMG_7921
L’état sauvage de la Louisiane
IMG_7926
Hello l’alligator !
IMG_7952
Le serpent calme et discret.
IMG_7965
Quand on vous dit que les oiseaux sont bien colorés…
IMG_7970
Et dire que c’est juste une araignée « enfant » d’après le guide… Ça donne quelques frissons dans le dos.
IMG_7974
Swamp tour : l’activité qui permet de découvrir la magnifique faune de la Louisiane…

La Louisiane : à la découverte de la Nouvelle-Orléans (1/5)

Durant 1 semaine complète, je suis parti découvrir la Lousiane. État du Sud des États-Unis, il se situe juste à l’Est du Texas. Ayant pas mal de choses à vous faire partager, je vais diviser ce petit road trip en plusieurs posts :

  1. 1. La Nouvelle Orléans
  2. 2. Le Swamp tour
  3. 3. Les plantations et St-Francisville
  4. 4. Natchez et les alentours d’une ville historique
  5. 5. Lafayette, Crowley, Abbeville et compagnie

Nous avons d’abord démarré par une bonne visite en 2 jours de la Nouvelle-Orléans. 2 jours, ça peut paraître peu mais lorsque vous êtes de vrais marcheurs, vous avez largement de quoi voir pour 2 bonnes raisons.

D’abord parce que les quartiers ne sont pas immenses. Pour une ville américaine, la Nouvelle-Orléans reste une ville à taille humaine et on peut se promener aisément à pied ou en tramway. Du District Garden, se rendre au French Quarter prend environ 45 min, ce qui est faisable.

Ensuite, parce que la Nouvelle-Orléans fait partie des villes les plus dangereuses des États-Unis, on évitera d’arpenter tous les quartiers à pied avec son appareil photo. Le Carré français, le Business District et toute la partie de Garden District qui est au Sud de l ‘avenue St-Charles ne craignent pas, même le soir. En revanche, on a tenté de se promener dans Trémé en après-midi, c’était vraiment loin, très loin d’être rassurant. D’ailleurs, on a bien fait de ne pas se promener longtemps car quelques heures après notre passage a eu lieu une fusillade !

Bref, j’ai évité de déconner par la suite sans tomber dans la paranoïa. Parlons plutôt des quartiers visités :

Garden District

C’est ici que nous avions notre bed & breakfast. Notre maison était géniale et nos hôtes vraiment sympathiques. On a eu le droit à un bout d’histoire chaque matin, et ce, dans la joie et la bonne humeur. Si ça vous tente, contactez Adrienne de la Parks-Bowman Mansion, vous verrez, vous en garderez un souvenir impérissable.

Le Garden District est un quartier principalement résidentiel avec de magnifiques maisons datant bien souvent des années 1800. On y retrouve tout le style espagnol et une ambiance conviviale règne dans ce quartier. Les gens sont charmants, les rue sont magnifiques, non pas à cause de leur trottoirs (souvent défoncés par le temps) mais plus par la végétation qu’on y trouve. Le cimetière Lafayette est également une belle place pour se promener et pour si vous voulez un peu d’activité, allez vous promener sur Magazine Street : boutiques, antiquaires et cafés sont regroupés sur cette artère.

Mais encore une fois, on reste dans la petite vie de quartier super simple, tranquille et enthousiaste : le bonheur pour visiter et surtout pour y dormir !

Business District

Entre Garden District et le vieux carré se trouve le quartier des affaires. On va faire simple et court : c’est loin d’être beau. En fait, je n’ai vu aucun endroit qui suscitait mon attention, tout est vraiment fait de béton à l’état pur, ce qui nous change radicalement avec les 2  autres quartiers. Bon, il y a bien une gigantesque bâtisse pour le musée WWII mais j’ai déjà fait celui de Washington qui était génial, j’ai décidé de passer mon chemin pour cette fois.

French Quarter

Nous y voilà ! Le célèbre quartier qui représente la ville. Ici l’ambiance est bien plus festive, de jour, comme de nuit. J’ai adoré toutes les petites rues avec les façades de bâtiments dont les origines sont clairement espagnoles et non françaises. Si le tourisme s’y est développé, j’ai apprécié me promener en long et en large dans ce quartier. De la musique à tous les coins de rue, en veux-tu, en voilà.

Passez au centre d’information touristique, ils sont super sympas et il y a de la bonne doc à prendre. J’ai fait un tour de « Natchez Boat », c’est-à-dire un tour de bateau « d’époque » sur le Mississipi. Si le bateau en lui-même est sympa, je ne vous recommande pas le tour. Le paysage autour de NOLA n’est vraiment pas mémorable et ce, pendant toute la durée du trajet. Certes, vous en apprenez un peu plus sur la ville, mais est-ce vraiment obligatoire de poser son cul sur un bateau pour ça ?

J’ai plutôt aimé le marché, même s’il fallait chercher un peu pour trouver des artisans locaux. Amateur de poupées vaudou et de bijoux style « bohème », ce quartier te plaira. De mon côté, c’est plus Jackson Square, les écrevisses du marché, l’architecture et surtout l’ambiance unique de ce quartier qui m’ont séduit.

J’ai également aimé me déplacer en tramway, celui de NOLA étant particulièrement « vintage » avec sa vieille sonnette et sa vitesse d’époque…

Enfin, le soir, l’ambiance change. On entend de la musique blues et cajun dans tous les bars, ça rigole et ça danse dans les rues. Les clients des balcons jettent des colliers aux filles et aux mecs. Et là où c’est génial, c’est qu’il n’y a pas de frais d’entrée pour les bars et surtout, on peut marcher avec son alcool dans la rue, tout en le buvant au nez des policiers : c’est juste fou ! C’est la fête, ça s’entend et ça se voit, le tout dans une ambiance qui n’est pas malsaine. Certes, on a vu quelques gens un peu saoul et d’autres qui avaient un peu trop fumé, mais sans que ça soit dans l’excès total.

Rien de mieux qu’un bon Hurricane pour démarrer la soirée…

Attention cependant à ne pas faire les cons, la police (montée) étant assez directe et brutale, vous risquez d’en prendre pour vos frais. Ne vous promenez pas non plus au nord de la rue Rampart, sauf si vous vous fichez de ce qui peut vous arriver… C’est dingue comment l’ambiance change en l’espace de 2 blocs. Excepté cette mise en garde, la nuit est vraiment magique dans le Vieux carré de la Nouvelle-Orléans, peu importe le soir de la semaine ! Et enfin, les gens sont gentils, souriants et plutôt calmes. Oubliez le stress des grandes villes comme New-York, Chicago ou Paris : ici, ils vivent quand même bien plus à la « cool ».

Pour terminer, la Nouvelle-Orléans est une ville intrigante qui mérite le détour, notamment pour son ambiance et son histoire. En 3 jours, on a le temps de voir plus que l’essentiel mais j’y serais bien resté 1 jour de plus. Durant ces 3 jours, j’en ai également profité pour faire un « Swamp tour ».

IMG_7760
Le cimetière Lafayette, situé dans Garden District : envoûtant !
IMG_7761
N’oublie pas jamais ton père !
IMG_7768
Certaines demeures du District Garden ont un goût particulier pour décorer leur terrasse.
IMG_7770
Garden District
IMG_7794
Dans le Vieux carré… Probablement la seule place calme.
IMG_7798
Canal Street qui sépare le Vieux carré du district financier.
IMG_7806
« Pépères » !
IMG_7824
Qui veut une poupée vaudou ?
IMG_7832
Le French Quarter en pleine journée !
IMG_7833
A la Nouvelle-Orléans, on aime la verdure et les fleurs !
IMG_7865
Certaines maisons sont juste magnifiques !

 

A la découverte du Maine pour un long weekend

Ce weekend, j’ai eu la chance de pouvoir découvrir une partie du Maine. État situé à l’extrême Nord-Est des États-Unis, nous sommes partis durant 3 jours pleins.

L’arrivée dans le Maine

Après 5h30 de route, nous sommes arrivés à Brunswick où était situé notre Bed&Breakfast. Nous nous sommes trompés de routes en chemin mais après voir traversé quelques montagnes du New Hampshire, l’océan n’était plus très loin. Brunswick est une petite ville de 20 000 habitants proche de l’eau. Ambiance charmante, on en a profité pour tout faire à pied et découvrir de nombreuses boutiques d’antiquaires et quelques belles maisons.

C’est le 1er soir de notre arrivée que j’ai pu voir l’un des plus beau coucher de soleil de ma vie. 1/3 du ciel était tout simplement devenu violet, tout simplement magnifique ! Notre hôte était également très accueillante et ce B&B était très agréable et convivial.

Portland, Cape Elizabeth et Harpswell

2ème jour, grand soleil et notre visite touristique commence par la ville de Portland. Ancienne capitale du Maine, la vieille ville et la zone du port sont les deux quartiers à visiter à pied. C’est beau, ça sent bon la mer et on peut manger du homard un peu partout. Comme pour Brunswick, malgré la taille, on s’y promène allégrement à pied.

En après-midi, nous sommes allés visiter les alentours de la lighthouse de Cape Elizabeth. Situé à une quinzaine de minutes au sud de Portland, on est cette fois-ci au bord de l’eau à respirer l’air marin et recevoir quelques éclaboussures dans la figure à cause des nombreuses vagues. Bref, le paysage est magnifique. Dommage que la place soit un peu trop touristique avec des aménagements spéciaux (grillage, chemin balisé en béton).

Mais c’est la fin de la journée qui a marqué mon esprit puisque nous nous sommes rendus à Harpswell, presqu’île au sud Est de Brunswick et plus exactement à Bailey Island. C’est simple : la zone est magnifique, on suit une petite route avec l’océan à droite et à gauche, quelques petites maisons éparpillés. C’est également ici que l’on peut se promener dans la baie de Mackerel, une des baies les plus prisées au monde pour la photo et on comprend pourquoi…

Nous sommes restés sur place jusqu’au coucher du soleil et autant être honnête, c’était génial !

Lobster roll et Reid State Park

Le dernier jour a été dédié à la visite du Reid State Park, zone protégée en bord de l’eau. Plus à l’Est que Harpswell, l’endroit vaut le détour, ne serait-ce que pour être vraiment proche de l’eau et méditer sur un gros rocher. Calme, propre, on entend que le bruit de l’eau. Attention par contre, l’entrée est payante. Nous n’avions pas de cash sur nous mais le garde forestier a été super cool et nous a laissé passer gratis !

Puis avant de reprendre le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés au Libby’s Market. C’est un dépanneur tenu par un petit couple mais leur sandwich au homard sont juste délicieux. Commandez-en un et savourez la spécialité locale. En discutant avec les proprios, on s’est aperçus qu’ils comprenaient une partie du français. En effet, un peu plus de 5% de la population du Maine est francophone car à l’époque, plusieurs spécialistes québecois ont immigré dans le Maine pour participer au développement de la région.

Est- ce que j’y retournerais ? Oui, mais avec un mini van pour rapporter plein de choses car les antiquaires regorgent de fabuleux éléments de décoration.

Voir les photos prises dans le Maine


Circuit de notre petit road trip

Ski à Whiteface

Début mars, j’ai eu l’occasion de retourner skier aux États-Unis. Après Sugarbush, direction Whiteface ! Pas de chance, c’est le début des vacances au Québec et pas mal de monde à la frontière. Le passage qui prend généralement 20 minutes s’est étendu à… 2 heures ! Bref, en fin de matinée, nous arrivons enfin à destination.

Cette station est un peu plus sauvage que Sugarbush et le temps était un peu moins clément ce jour-là. La première descente s’est déroulée dans le brouillard. En revanche, la neige était parfaite !

Un peu plus haute que Sugarbush, Whiteface reste une belle station avec de nombreuses pistes et sous-bois. Petit plus : le restau de piste propose de déguster un bon chili dans un bol en pain, miam ! A refaire, mais si possible avec de meilleures conditions.

1 journée de ski à Sugarbush

10 février 2013. Une date mémorable à mon sens… Non pas parce que c’était la saint Arnaud, mais tout simplement parce que c’est à ce moment-là que je me suis remis au ski en Amérique du Nord après une pause de… 5 ans !

Et autant être honnête, je n’ai pas fait les choses à moitié. Sur les conseils d’un ami, je l’ai accompagné en utilisant le service Express Ski. Pratique et économique, cela m’a permis de me rendre facilement dans un bon domaine skiable aux États-Unis pour toute une journée. Pour 80$, j’ai eu le droit à l’aller-retour en car + le pass d’une journée pour les remontées. A cela s’ajoute une trentaine de dollar pour la location du matériel et me voilà sur les pistes.

Si les montagnes ne sont vraiment pas hautes au Québec, ça s’arrange un peu dans le Vermont avec des montagnes qui dépassent facilement les 1000 mètres (sachant que vous commencez généralement à 200m, ça reste correct en matière de dénivelée).

Ce 10 février, je dois avouer que les conditions étaient parfaites. Grand soleil, 0°C et une neige bien fraîche. Il n’y avait pas tant de monde que cela et les gens sont vraiment cool dans le Vermont. Même pour la location, le mec m’a bien aidé à choisir les skis en fonction de mon niveau, ils ne font pas de manière industrielle en vous tirant une tronche jusqu’à parterre.

Il m’a fallu un petit 2h pour me remettre sur pieds mais c’était vraiment plaisant. Le domaine est grand avec 2 montagnes et les pistes nombreuses. Malgré mon niveau intermédiaire, il y avait de quoi s’amuser. J’ai surtout retenu le long trajet en télésiège de 12 minutes pour passer d’une montagne à une autre. Heureusement qu’il n’y avait pas de vent…

A refaire !

Un weekend à Washington DC

Désolé pour le retard, plusieurs événements ont fait qu’il ne m’a pas été possible de publier avant aujourd’hui sur le blog.

Il y a quelques jours, je suis allé découvrir la capitale des États-Unis : Washington ! Symbole américain, j’étais curieux de découvrir la métropole et surtout tous ses aspects culturels.

Bien évidemment, depuis Montréal, le mieux est de passer la frontière et de prendre un avion directement aux États-Unis. En faisant cela, j’ai pu économiser un bon 400$ sur l’aller-retour, ce qui est loin d’être négligeable.

A l’arrivée, truc pratique, l’aéroport est situé dans la ville, ce qui permet de limiter la durée du trajet jusqu’à l’hébergement.

Nous avons commencé par visiter le quartier de U Street. Si l’on ressent l’influence afro-américaine, c’est malheureusement surtout par sa pauvreté. Le quartier est un peu insalubre, pauvre en activités et l’ambiance qui en ressort n’est pas des plus glorieuse. En poursuivant vers le sud, on arrive dans le quartier Shaw. Pas mal mort aussi, l’architecture commence néanmoins à devenir intéressante avec de belles façades et on sent une atmosphère paisible dans cette vie de quartier.

Pour terminer avec les quartiers qui fâchent, le centre-ville n’a absolument rien d’exceptionnel. Contrairement aux autres grandes villes américaines, on y trouve pas grand chose à part un quartier chinois et quelques boutiques. La majorité des rues possèdent de nombreux bureaux et habitations. N’oublions pas que nous sommes dans une ville gouvernementale.

C’est véritablement le National Mall qui m’a ranimé lors de ma visite à Washington. Ce quartier est un véritable bain culturel américain Le Capitol et la Bibliothèque des Congrès ont été 2 visites fantastiques et convaincantes. On en apprend plus sur les États-Unis et sa façon de gérer la séparation des pouvoirs. Quand à la bibliothèque, vous serez surpris de savoir qu’une bonne partie des ouvrages sont en français.

Plusieurs musées composent le National Mall. Bien évidemment, il est impossible de tous les faire en un weekend mais le musée national de l’air et l’espace est assez fun : beaucoup de pièces originales, parfois imposantes et ça change un peu de l’histoire traditionnelle. Mais c’est surtout le musée sur l’holocauste de 39/45 qui m’a scié. Cette exhibition couvre vraiment tous les aspects sur les juifs autour et pendant la seconde guerre mondiale., L’ensemble est très complet, saisissant et bien présenté.

Pour terminer la journée, on passe devant le Washington Monument, une sorte d’obélisque géante que même Obélix ne pourrait pas porter. Plus loin, j’ai apprécié la beauté du Lincoln Memorial. Je suis également allé jeter un coup d’œil à la Maison Blanche, mais pas trop près sinon les gardes montrent les crocs (j’ai même pu voir Obama revenir dans son hélicoptère privé).

Le dernier jour a été dédié à la visite de deux quartiers atypiques : Dupont Circle et Georgetown.

Le premier est un quartier plutôt branché et jeune avec pas mal de bars, pubs et librairies. J’ai eu l’occasion de prendre un brunch au Kramerbooks. La place est sympa mais la nourriture est loin d’être excellente au vu du prix. Si vous y allez, achetez-vous un livre mais ne mangez pas sur place.

Mais c’est surtout le quartier de Georgetown qui m’a le plus marqué. Chaque maison aperçue est un signe de beauté architecturale effarant : les rues sont belles, bien décorées et malgré l’ambiance paisible qui y règne, on trouve de tout : belles demeures d’un côté mais aussi une véritable vie à l’ouest du quartier avec de nombreuses boutiques, notamment des magasins vintage de vêtements et décorations (bon ok il y a un Apple Store en plein milieu).

Si le Downtown n’est clairement pas une belle place pour faire du shopping, GeorgeTown est un excellent quartier pour faire maigrir le portefeuille et surtout, on y trouve beaucoup de boutiques indépendantes : bref, mon coup de coeur !

2 jours et demi suffisent à visiter Washington, tout en découvrant ses quartiers atypiques. Malgré l’architecture des rues en étoiles, on s’y retrouve très facilement et il faut vraiment le vouloir pour se perdre. Notez qu’il s’agit là d’une petite capitale puisque nous avons tout parcouru à pieds ou presque (c’est plus petit que Montréal).

Ce qui m’a plu :

  • L’architecture des bâtiments (un beau mélange bien entretenu)
  • Le Capitol
  • La Maison Blanche (avec les hélicos)
  • Un symbole culturel indéniable
  • La propreté de la ville d’une manière générale
  • Georgetown !
  • Le Zentan (un restaurant asiatique de malade)
  • L’immense pelouse du National Mall pour flâner durant un après-midi ensoleillé.

Ce que je n’ai pas aimé :

  • Un centre-ville ridicule
  • Pas une ville pour faire la fête
  • Ambiance gouvernementale à souhait (plein de bureaux, peu de boutiques fun sauf à Georgetown)
  • Assez cher
  • La frustration ressentie lors de la visite de la Bibliothèque des Congrès (on ne voit pas grand chose même si c’est intéressant).
  • La difficulté pour trouver un endroit ou manger (surtout dans le quartier du National Mall ou il n’ y a rien hormis un McDo et quelques barraques à Hot-Dog).

Pour être honnête, Washington vaut le détour si vous vous intéressez à la culture américaine et que vous n’habitez pas trop loin. Je suis heureux d’y être allé mais je n’y retournerai sans doute pas (autant aller à NYC ou Boston pour une meilleure ambiance et plus de choses à faire). Néanmoins, Washington reste un symbole pour l’Amérique et on le constate en visitant chaque recoin de la ville.

Note : il y a un métro mais on ne l’a pas utilisé une seule fois ^^.

Maison blanche Washington DC

Obelisque Washington DC

Route d'évacuation

White House WDC

Lincoln Memorial

VOIR + DE PHOTOS

3 jours dans la région de Montpelier au Vermont

Le weekend dernier, j’ai eu l’occasion d’aller profiter du Vermont, et plus spécifiquement de la région de Montpelier.

Montpelier est la capitale de l’État du Vermont. D’une petite taille (comparé aux autres grandes villes américaines), cette ville est vraiment très plaisante à visiter. J’ai été agréablement surpris par la propreté générale, l’entretien des bâtiments mais aussi l’architecture qui domine les rues. On sent qu’il s’agit d’une vieille ville américaine entretenue certes, mais pour laquelle les petits détails vintages sont conservés.

Truc assez fun, cette ville a beau être petite, il y a des églises à chaque coin de rue. En se promenant une heure, j’ai bien dû en croiser 5 ou 6. Un chemin de fer abandonné traverse la ville, lui donnant un petit air « far west ». Quant aux alentours, c’est une forêt très dense et bien verte (en été) qui borde les différents coins de la capitale.

J’ai également apprécié l’amabilité des locaux  : aucun stress, toujours le sourire, on sent qu’ils habitent « le Vermont » et non la ville de New-York ! Les commerçants sont plutôt variés et on trouve beaucoup d’articles d’époques (pancartes anciennes, livres et mêmes des habits).

Au niveau restauration, nous avons pu profiter d’un succulent dîner à la NECI (New England Culinary Institute) de Montpelier. De vous à moi, ça a été la trouvaille du siècle et ce restaurant se classe maintenant dans le top 3 de toutes les places que j’ai pu tester en Amérique du Nord.

Bien que les étudiants soient en formation, le service était impeccable et les plats succulents. Le rapport qualité/prix est également exceptionnel et j’espère avoir la chance d’y retourner un de ces jours.

Un petit dessert ?

A 15 min de la capitale se trouve l’usine de fabrication des glaces Ben & Jerry’s ! Et ouai, c’est là bas qu’elles sont faites ces superbes crèmes glacées. Une petite visite des lieux s’est imposée. Après un bon 30 min de visites où l’on en apprend pas mal sur les origines de cette entreprise, une dégustation est bien sûr offerte. Qu’à cela ne tienne, nous sommes revenus le lendemain tester cette fois-ci un autre parfum de glaces. Sachez pour info qu’il y a plus d’une cinquantaine de saveurs différentes (qui a déjà goûté la « Red Velvet ») !

L’usine produit tout de même 125 000 pots/jour et l’entreprise passe principalement par le commerce équitable pour faire ses crèmes glacées (il y a même certaines saveurs dont les produits sont issus de l’agriculture biologique, c’est pour vous dire).

A quelques km de cette usine, il est possible d’aller dans une ferme pour déguster les fromages de la région. Certains cheddar du Vermont sont plutôt bon, même si, il faut le reconnaître, ça n’atteint toujours pas le niveau que l’on a en France.

Verdure, ô ma verdure

Nous avons logé dans un Bed&Breakfast. L’emplacement était une ferme isolée en haut d’une colline à Montpelier Est. Magnifique endroit, notre hôte nous a reçu comme des rois.

La chambre était bien agréable et puis c’était bien fun de pouvoir aller nourrir les poulets, voir les chèvres, les chevaux, les 2 chats et le chien. Aux alentours, pas un bruit, hormis celui des animaux sauvages de la forêt. Vraiment, je vous le redis, c’était le bonheur !

Bien que le coq ait sonné un peu de temps avant mon réveil électronique (c’est précis un coq et le snooze est automatique), le petit déjeuner servi par notre hôte était à la hauteur de la beauté de l’endroit : oeufs venant du poulailler, cake aux fruits fait maison, pain de campagne fait maison par l’homme de famille… Bref, un méchant gros petit déjeuner nous attendait.

Ambiance paisible, on en a profité pour taper la discute quelques heures avec nos hôtes mais passé 10h, il était temps de se bouger !

Nous sommes allés dans la région de Stowe, ville située au Nord Ouest de Montpelier. Coin plus montagneux, certaines routes m’ont rappelé les chemins étroits des Alpes ou l’on ne voit pas les voitures arrivées… Sauf qu’ici il s’agit de gros pickup et voyager, le fun pour passer sans se toucher !

Ensuite, nous avons visité le domaine de la famille Von Trapp, plus vieille famille du Vermont. L’endroit ressemblait plus à une place un peu « huppée » qu’une véritable ferme mais la vue sur la vallée était somptueuse.

Enfin, nous avons terminé notre weekend par une halte à Burlington.Montpellier, VT Rails Montpellier Montpellier Capitol Montpellier Bead&Breakfast Vermont Vermont Fabrique Ben & Jerry's Tournesol dans le Vermont

Quelques jours à Seattle

La semaine dernière, j’ai eu la chance de me rendre à Seattle pour assister à l’un des plus gros évènements de mon métier : le SMX Advanced. Cet événement se produit un peu partout dans le monde mais la version « advanced » n’existe qu’à Seattle ou Londres.

S’il a fallu jongler entre le travail à distance, les conférences et les différentes questions à se poser par rapport à ça, j’ai prolongé mon séjour pour visiter un peu la ville.

Seattle est, paraît-il, une ville emblématique des Etats-Unis. La première chose que l’on remarque à l’arrivée est qu’il pleut… Souvent ! En discutant avec les locaux, j’ai pu apprendre qu’il pleut en moyenne 270 jours/an ! Bref, ce n’est pas le meilleur endroit si vous souhaitez prendre quelques couleurs.

Je terminerai l’aspect négatif avec un truc qui m’a bien fait chier pendant tout le séjour : il n’y a pas de métro et le trafic est dense. Résultat : motivez-vous et si vous avez des jambes en mousse, ça risque de mal se passer pour vous, d’autant plus que le relief de la ville est très accidenté, rappelant les pentes abruptes de San Francisco.

Durant mon séjour, j’ai eu la chance de pouvoir visiter plusieurs quartiers. Déjà, il faut savoir qu’il est facile de se repérer à Seattle, comme dans n’importe quelle grande ville des Etats-Unis. L’autre truc cool, c’est que Seattle est comparable à un hotspot wifi géant. Capter du wifi gratuit est un jeu d’enfant dans cette ville et le seul endroit où je n’ai pas eu accès au réseau était au milieu du Volunteer Park. Bref, bien pratique pour vous repérer !

Chaque jour, j’ai fait des aller-retours entre le quartier de Belltown et le Waterfront pour me rendre au SMX. Et à chaque fois, je prenais un chemin différent.

Si le front de mer ne m’a pas particulièrement plu (très gris), j’ai bien aimé le côté Oldschool de la voie ferrée qui traverse ouvertement la ville. Ça donne un certain cachet far ouest à Seattle.

Le quartier de Belltown est quant à lui un secteur résidentiel avec quelques très bons restaurants asiatiques et italiens : Umi Saké House, Shiro’s Sushi et la Vita Belle e sont 3 adresses à tester, la nourriture étant tout simplement délicieuse.

Le Downtown est intéressant pour faire un peu de shopping mais ne tardez pas trop le soir, ça devient un peu craignos. Des gros immeubles, des boutiques, plein d’hommes d’affaires, mais pas de charme particulier ici. On est loin de la beauté des gratte-ciels de Chicago ou New York par exemple, même s’il y a moyen de faire quelques belles photos.

Si vous mangez dans le centre-ville, allez au Tap House Grill : ils font un bœuf à la bière du tonnerre !

Le quartier du Pike Place Market est à faire dans toute circonstance. C’est vraiment le marché de la folie ! Des stands et vendeurs en tout genre à n’en plus finir, une ambiance de folie et c’est là que j’ai pu déguster un excellent Fish & Chips. En revanche, si vous avez un problème avec les sucreries et que vous essayez de faire un régime, ce marché va tout simplement ruiner vos efforts tant on trouve toutes sortes de pâtisseries et viennoiseries qui ont l’air toutes plus délicieuses les unes que les autres.

Après cela, je suis allé me promener dans Pioneer Square en passant par la 1ère avenue. Qu’est- ce qu’on trouve dans cette avenue ? C’est très simple, 8 vitrines sur 10 sont en fait des cafés ! Quant à Pioneer Square, c’est un quartier dont l’architecture n’a pas été retouchée et cela se voit. Plus connu sous le nom du quartier des prospecteurs du Klondike, Pioneer Square a été vers la fin des années 1800 le lieu de rendez-vous de tous ceux qui souhaitaient risquer leur vie pour partir à la conquête de l’or en Alaska et dans le Yukon. Un petit musée gratuit retranscrit très bien toute l’histoire, je vous conseille d’y faire un tour. Au passage, allez faire un tour au Zeitgest Coffee : une vraie merveille cet endroit et les boissons sont rudement bonnes.

Enfin, j’ai terminé ma visite touristique par Capitol Hill. Décalé mais à la fois branché, la statue de Jimmy Hendrix à l’entrée du quartier donne le ton. En me promenant, ça m’a un peu rappelé le Plateau Mont-Royal, façon Seattle. Et plus au Nord, on y trouve un quartier résidentiel avec des habitations à vous faire décrocher la mâchoire. Ce quartier est également représentée par le Volunteer Park et son réservoir d’eau. En montant au sommet du château d’eau, on a une magnifique vue sur la ville.

Au final, je pense que ce sont ces 2 quartiers, Pioneer Square et Capitol Hill, qui m’ont le plus plu. Le feeling avec son architecture et ses habitants a été très bon, je n’avais pas l’impression de me retrouver dans le brouhaha américain du Downtown. Mais d’une façon plus globale, si j’ai apprécié découvrir la plupart des quartiers de Seattle, c’est surtout les alentours de la ville qui m’attirent.

La prochaine fois que je vais dans l’Ouest, j’espère pouvoir visiter les bureaux de Microsoft, l’usine Boeing et enfin faire un tour au Mont Reigner. La ville de Seattle est sympa mais ça n’a rien à voir avec l’atmosphère de Los Angeles ou encore la beauté de San Francisco.

Mais encore une fois, n’oublions pas que j’y suis allé avant tout pour mon travail.

VOIR TOUTES LES PHOTOS DE SEATTLE

3 jours dans l’état de New York

Le weekend dernier, j’ai enfin eu l’occasion d’aller flâner à New York pendant près de 3 jours. J’y étais déjà allé en 2009 pendant près d’une dizaine de jours mais j’étais tenté depuis un bail d’y retourner quelques jours.

En voiture, comptez environ 6h s’il n’y a pas d’embouteillages et que vous n’avez pas peur de rouler « un peu au-dessus » de la vitesse autorisée mais globalement à deux, ça se fait sans souci. Il faut juste trouver de quoi s’occuper pendant le chemin car le paysage n’est pas super excitant à travers le Vermont…

Néanmoins, nous avons eu de la chance car nous avons eu le droit à 3 jours de soleil non-stop avec des températures assez douces pour l’hiver (entre 0 et 9°C). Autant dire qu’avec mon manteau d’hiver, j’avais presque chaud mais passons ! J’ai eu l’occasion de retourner flâner dans le quartier de Soho, au nord du Financial District et enfin dans Central Park.

Si ces 3 jours ont principalement été constitué de promenades, sachez que je maintiens toujours le fait que Levain Bakery conçoit les meilleurs cookies jamais goûté à ce jour (achetez-en un matin pour le petit déj et savourez) et la pizzeria Vezzo Thin Crust propose de succulentes pizzas. A part ça, c’est toujours aussi galère de manger correctement à NY, à moins d’y mettre le prix ou de chercher comme un fou.

En tant que grand enfant un peu geek, je me suis motivé à aller faire un tour à l’Apple Store (avec la nouvelle façade), à la boutique M&M World, chez FAO Schwarz (plus fun que Toys R us) et enfin… Au magasin Kid Robot. Cette boutique, discrète dans le quartier de Soho, propose toujours autant de petites cochonneries en plastique et autres gadgets inutiles à stocker chez soi… Et je dois avouer qu’il y a quelques trucs bien fun !

Pour le reste, quoi de plus plaisant que de déambuler dans les rues et les avenues de Manhattan, et ce, à toute heure de la journée (le métro fonctionne 24/24h à NY et ça c’est toujours aussi pratique).

Au retour, nous avons fait un arrêt au Woodbury Common Premium Outlets : moi qui voulais refaire une partie de ma garde robe, cet arrêt est bien tombé. Situés à 1h de NY sur le chemin du retour pour Montréal, on trouve vraiment de tout là-bas. Je n’avais jamais vu une place à outlets aussi grande et riche en affaires. En 4h, on a réussi à peine à faire le quart de la place. En revanche, au niveau deals, c’est le top. Déjà, les prix sont bien cassés (de -25% à -70% dans toutes les boutiques) et non, ce ne sont pas des vêtements de la collection précédente mais bel et bien des habits similaires voire identique au modèle que vous avez vu 3 jours avant dans votre boutique préféré.

Autre avantage non-négligeable : les taxes sont de 8%… Ce qui nous change du 14% au Québec.

9 jours de vacances à Chicago !

C’est avec un peu pas mal de retard que je rédige ce billet sur mes vacances. Et oui, à la fin août, je suis parti 9 jours passer mes vacances à Chicago ! Je rêvais depuis fort longtemps de visiter cette ville pour différentes raisons, entre autre pour sa culture musicale. Et bien autant vous dire que je n’ai pas … Lire la suite

1 petite journée dans le Vermont…

Le weekend dernier, je suis allé à Burlington, petite ville du Vermont. J’en avais entendu le plus grand bien et j’avais surtout besoin de changer d’air (sortir du Québec :p ).

A l’arrivée, j’ai eu la confirmation de ce que j’ai pu entendre. Bien que Burlington s’apparente plus à un très gros village qu’une ville, les bâtiments sont magnifiques et il n’y a rien de plus agréable que de se promener sur Church Street, même par un temps nuageux.

Collé à la ville, on peut également aller voir le célèbre grand lac Champlain… Mais vu le temps qu’il faisait, on s’est contentés de passer devant. Et puis le temps nuageux et la qualité moyenne de mon petit compact, les belles photos de bâtisses et paysages… Ça sera pour une autre fois ! Je devrais peut-être songer à m’acheter un meilleur appareil….

En tout cas, à moins de 2h de Montréal, Burlington est un bon spot pour prendre l’air, se balader, faire « un peu » de shopping et profiter d’un magnifique lac. A refaire quand il fera beau !

A la découverte de Boston !

Le weekend dernier, j’ai eu l’occasion d’aller découvrir Boston (et par la même occasion démarrer mon nouveau permis de travail lors du passage à la frontière au retour). Réputée comme étant la capitale américaine des fruits de mer, c’est aussi là que se trouve la célèbre université Harvard.

Après un petit 6h de voiture sans souci, nous sommes enfin arrivés dans la célèbre ville américaine. Pour info, nous sommes restés 3 jours plein sur place, ce qui est largement suffisant pour visiter tous les principaux quartiers de la ville en prenant son temps.

Oui, Boston fait parti de ces rares ville américaines qui peuvent se faire facilement à pied. Contrairement à New York ou Los Angeles, bouger d’un quartier à un autre ne vous demandera jamais plus de 20 min de marche (souvent 10), ce qui est plutôt sympa.

Nous avons commencé par visiter le quartier de Beacon Hill. Architecture très anglophone, j’ai trouvé qu’il s’agissait du quartier le plus joli de la ville pour y vivre. Toutes ces bâtisses en briques rouge avec leur petites portes, leur lampadaire éclairé au gaz et le calme qui y règne font de Beacon Hill un quartier résidentiel vraiment joli.

Le centre ville et front de mer sont censés être des quartiers très dynamiques mais on est à des années lumières d’un Time Square. Néanmoins, c’est aussi cela qui fait le charme de Boston. Des gros buildings assez imposants et pour la plupart magnifiques mais un dynamisme relatif, tout comme la foule d’ailleurs. Nous avons trouvé que la ville de Boston n’était pas surpeuplée. Peu de trafic, les trottoirs jamais trop blindé, c’est agréable pour se promener, même le samedi !

Le quartier du North End, essentiellement italien, est également bien sympathique. On trouve une multitude de petites épiceries tenues par des vieilles mamas… Non seulement ça donne l’impression d’être revenue en 1950 mais surtout, les produits qu’ils vendent sont délicieux. Nous avons d’ailleurs dîné dans ce quartier le soir même.

Durant la 2ème journée, nous avons concentré notre ballade dans le quartier de Back Bay. Ce quartier reste au final mon préféré car il représente un bon mix entre « belles habitations » et « boutiques branchées ». On trouve vraiment de tout comme boutique, que ça soit un Apple Store, des boutiques de vêtements ou encore un bostonien spécialisé dans la production de tous types d’huile d’olive et vinaigres succulents ! Bref, si vous allez à Boston, n’oubliez pas de faire ce quartier !

Le soir, nous sommes allés diner dans le quartier chinois. Sans être gigantesque, il est collé au quartier des théâtres. Nous avons dégusté une excellente soupe tonkinoise dans un petit resto choisi au hasard.

Nous avons consacré le dernier jour à la visite de Harvard Square où se trouve la célèbre université du même nom. Pour être honnête, j’ai été un peu déçu de l’état de l’université. Si l’extérieur des bâtiments est bien conservé, on ne peut pas en dire autant de l’intérieur… En tout cas, ça m’a fichu un petit coup de vieux de voir tous ces étudiants courir partout ou surfer sur leur Macbook. Néanmoins, le quartier autour de l’université est sympa et regorge de boutiques et libraires à visiter (on a trouvé quelques bonnes affaires côté bouquins).

Ce que j’ai aimé à Boston :

  • La gentillesse des gens en général. On les sent moins stressés qu’à New York et plus similaires aux gens de Montréal.
  • Les soupes de poissons ou de palourdes (miam).
  • Les quartiers Beacon Hill et Back Bay.
  • La beauté de la ville d’une manière générale.
  • L’aspect culturel bien mis en avant qui donne envie d’en savoir plus sur cette guerre d’indépendance.
  • La bouffe, correcte pour une ville américaine (les fruits de mer ne sont pas mauvais)

Ce qui m’a saoulé à Boston :

  • Le prix des hôtels (on paie cher pour ce qu’on a).
  • La taille des chambres d’hôtel (vu la gueule des immeubles, c’est partout pareil).
  • Le prix du stationnement (similaire à New York, soit un bon 25$/jour).
  • Leur obsession pour la friture : les calamars frits, c’est bon, c’est vrai… Mais pas besoin de faire frire le reste non plus !
  • La bouffe, si on la compare à ce qu’on peut manger en Normandie ou sur près de la côte Atlantique en France.

Pour terminer, j’ai envie de dire que Boston et Montréal ont pas mal en commun, ce qui n’est pas plus mal. Par contre, il faut un plan pour s’y retrouver car cette ville n’applique pas le quadrillage habituel des rues des villes d’Amérique.

Est-ce que j’y retournerai ? Oui, sans doute, mais + au printemps ou en été, quand il fera chaud… En tout cas, j’ai été ravi de pouvoir découvrir cette ville !

VOIR TOUTES LES PHOTOS DE BOSTON