Un weekend en hiver au Massif de Charlevoix

Fin janvier, nous sommes en plein hiver et pourtant, on s’en va dans le Nord Est du Québec, près de la Baie de Charlevoix. Un bon 5h pour y aller mais à l’arrivée, c’est l’extase tant le chalet loué est fantastique. Une bonne gang d’amis, à boire, à manger, de la neige à tout va avec un grand soleil, que … Lire la suite

1er igloo fait main au Canada

Qu’est-ce qu’on fait pour Noël au Québec ? Un bon igloo pour 7 personnes, même s’il y a un chalet en bois juste à côté ! Les prérequis : – 3h de travail à 5 personnes – Un jardin rempli de neige qui “colle”. Après un bon après-midi de dur labeur, on a bien mérité de célébrer ça avec une … Lire la suite

Promenade sur le fleuve Saint-Laurent en hiver

L’hiver est long cette année, plus long que d’habitude et les températures négatives se maintiennent encore début mars. Plutôt que de s’enfermer chez soi, rien de mieux que de profiter de ces basses températures pour faire une bonne marche… Sur le fleuve Saint-Laurent. Ce long et large fleuve était en grande majorité gelé (des couches de glace de 30″ de … Lire la suite

A la découverte du Maine pour un long weekend

Ce weekend, j’ai eu la chance de pouvoir découvrir une partie du Maine. État situé à l’extrême Nord-Est des États-Unis, nous sommes partis durant 3 jours pleins.

L’arrivée dans le Maine

Après 5h30 de route, nous sommes arrivés à Brunswick où était situé notre Bed&Breakfast. Nous nous sommes trompés de routes en chemin mais après voir traversé quelques montagnes du New Hampshire, l’océan n’était plus très loin. Brunswick est une petite ville de 20 000 habitants proche de l’eau. Ambiance charmante, on en a profité pour tout faire à pied et découvrir de nombreuses boutiques d’antiquaires et quelques belles maisons.

C’est le 1er soir de notre arrivée que j’ai pu voir l’un des plus beau coucher de soleil de ma vie. 1/3 du ciel était tout simplement devenu violet, tout simplement magnifique ! Notre hôte était également très accueillante et ce B&B était très agréable et convivial.

Portland, Cape Elizabeth et Harpswell

2ème jour, grand soleil et notre visite touristique commence par la ville de Portland. Ancienne capitale du Maine, la vieille ville et la zone du port sont les deux quartiers à visiter à pied. C’est beau, ça sent bon la mer et on peut manger du homard un peu partout. Comme pour Brunswick, malgré la taille, on s’y promène allégrement à pied.

En après-midi, nous sommes allés visiter les alentours de la lighthouse de Cape Elizabeth. Situé à une quinzaine de minutes au sud de Portland, on est cette fois-ci au bord de l’eau à respirer l’air marin et recevoir quelques éclaboussures dans la figure à cause des nombreuses vagues. Bref, le paysage est magnifique. Dommage que la place soit un peu trop touristique avec des aménagements spéciaux (grillage, chemin balisé en béton).

Mais c’est la fin de la journée qui a marqué mon esprit puisque nous nous sommes rendus à Harpswell, presqu’île au sud Est de Brunswick et plus exactement à Bailey Island. C’est simple : la zone est magnifique, on suit une petite route avec l’océan à droite et à gauche, quelques petites maisons éparpillés. C’est également ici que l’on peut se promener dans la baie de Mackerel, une des baies les plus prisées au monde pour la photo et on comprend pourquoi…

Nous sommes restés sur place jusqu’au coucher du soleil et autant être honnête, c’était génial !

Lobster roll et Reid State Park

Le dernier jour a été dédié à la visite du Reid State Park, zone protégée en bord de l’eau. Plus à l’Est que Harpswell, l’endroit vaut le détour, ne serait-ce que pour être vraiment proche de l’eau et méditer sur un gros rocher. Calme, propre, on entend que le bruit de l’eau. Attention par contre, l’entrée est payante. Nous n’avions pas de cash sur nous mais le garde forestier a été super cool et nous a laissé passer gratis !

Puis avant de reprendre le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés au Libby’s Market. C’est un dépanneur tenu par un petit couple mais leur sandwich au homard sont juste délicieux. Commandez-en un et savourez la spécialité locale. En discutant avec les proprios, on s’est aperçus qu’ils comprenaient une partie du français. En effet, un peu plus de 5% de la population du Maine est francophone car à l’époque, plusieurs spécialistes québecois ont immigré dans le Maine pour participer au développement de la région.

Est- ce que j’y retournerais ? Oui, mais avec un mini van pour rapporter plein de choses car les antiquaires regorgent de fabuleux éléments de décoration.

Voir les photos prises dans le Maine


Circuit de notre petit road trip

1 journée de ski à Sugarbush

10 février 2013. Une date mémorable à mon sens… Non pas parce que c’était la saint Arnaud, mais tout simplement parce que c’est à ce moment-là que je me suis remis au ski en Amérique du Nord après une pause de… 5 ans !

Et autant être honnête, je n’ai pas fait les choses à moitié. Sur les conseils d’un ami, je l’ai accompagné en utilisant le service Express Ski. Pratique et économique, cela m’a permis de me rendre facilement dans un bon domaine skiable aux États-Unis pour toute une journée. Pour 80$, j’ai eu le droit à l’aller-retour en car + le pass d’une journée pour les remontées. A cela s’ajoute une trentaine de dollar pour la location du matériel et me voilà sur les pistes.

Si les montagnes ne sont vraiment pas hautes au Québec, ça s’arrange un peu dans le Vermont avec des montagnes qui dépassent facilement les 1000 mètres (sachant que vous commencez généralement à 200m, ça reste correct en matière de dénivelée).

Ce 10 février, je dois avouer que les conditions étaient parfaites. Grand soleil, 0°C et une neige bien fraîche. Il n’y avait pas tant de monde que cela et les gens sont vraiment cool dans le Vermont. Même pour la location, le mec m’a bien aidé à choisir les skis en fonction de mon niveau, ils ne font pas de manière industrielle en vous tirant une tronche jusqu’à parterre.

Il m’a fallu un petit 2h pour me remettre sur pieds mais c’était vraiment plaisant. Le domaine est grand avec 2 montagnes et les pistes nombreuses. Malgré mon niveau intermédiaire, il y avait de quoi s’amuser. J’ai surtout retenu le long trajet en télésiège de 12 minutes pour passer d’une montagne à une autre. Heureusement qu’il n’y avait pas de vent…

A refaire !

Les lanternes asiatiques au Jardin Botanique

Avec du retard, le blog reprend son activité.

Courant novembre, une exposition sur la thématique des lanternes asiatiques a eu lieu.

A l’origine, le jardin botanique abrite une très grande variété de fleurs et arbres en tout genre. En arrivant sur place, j’étais content de savoir que l’exposition n’occupait qu’une petite partie car le jardin avait l’air vraiment immense (on parle de 3-4h pour tout voir). Pour faire simple, la culture asiatique  (Chine et Japon) était représentée à travers la réalisation de plusieurs centaines de lanternes travaillées comme il se doit.

Si le tout était fait dans du papier ultra renforcé, le temps nécessaire pour la réalisation du tout dépasse l’année de travail.

Je n’avais pas mon appareil photo sur moi donc les photos ont été faites avec l’Iphone. En revanche, le fait de voir toutes ces œuvres m’a redonné le goût de partir explorer l’Asie à nouveau !

9 jours de vacances à Los Angeles

Afin de bien terminer l’hiver à Montréal, j’ai choisi de le terminer la semaine dernière… Sur la côte Ouest des États-Unis. Un de mes meilleurs amis habitant là-bas, autant dire que ça a été de bonnes retrouvailles. En 2005, j’avais entraperçu Los Angeles en y allant 2 jours mais je n’ai eu qu’un bref aperçu de la ville.

Bref, je quitte Montréal le samedi à 5h du matin à -10°C pour arriver 5h plus tard en plein cœur de Los Angeles sous un soleil de 23°C… Les vacances commencent bien !

Ce qu’il y a de bien à Los Angeles, c’est qu’il fait presque tout le temps beau, ni trop chaud et ni trop froid. Néanmoins, avec des températures qui oscillent entre 18 et 26°C pour l’hiver, autant dire que j’ai eu une semaine bien chaude.

J’ai logé dans le quartier de Westwood durant mon séjour et je dois avouer que j’ai bien apprécié ce quartier car on peut s’y promener… A pied ! Oui, ça paraît fou mais sachez qu’à Los Angeles, avoir une voiture est une étape obligatoire si vous souhaitez vivre dans de bonnes conditions. En effet, la ville est dense et très très étendue et vous ne ferez pas grand chose à pied. Le métro, quant à lui, ne se rend pas partout et reste mal fréquenté. Quant au bus, non-seulement il faut l’attendre, mais vu les distances que vous devez parcourir, vous avez intérêt à être patient avant d’arriver à destination.

Mais revenons-en à Westwood. Ce quartier résidentiel est agréable dans le sens ou il ressemble à une petite commune, loin de la folie des grandeurs des États-Unis. Plein de petits commerces, bars, restaurants à proximité avec bien sûr, l’immense campus universitaire de UCLA. Sachant qu’il s’agit d’une université publique, j’ai pu prendre le temps de la visiter, voire d’y relaxer une après-midi.

Hormis cela, j’ai eu l’occasion de découvrir plusieurs spots bien sympathiques, avec entre autre :

  • Santa Monica avec sa plage et ses promenades.
  • Venice Beach et son odeur de cannabis.
  • Paradise Cove (une très belle plage un peu en dehors de Los Angeles).
  • L’observatoire Griffith (il n’a rien de spécial mais il est situé en hauteur et on a alors une vue magnifique sur tout Los Angeles).
  • Hollywood Boulevard : très décevant d’un point de vue touristique, il n’y a pas grand chose à faire.
  • Le Downtown : autant dire que le soir, c’est un quartier mort. Beaucoup de murs gris, nous sommes néanmoins allés au Standard, un bar qui se situe sur le toit d’un building… Vue sympa et endroit agréable, il s’agit d’un bar ouvert.
  • Beverly Hills pour voir les belles demeures.

Enfin, dernier point important, la ville de Los Angeles est située en Californie du Sud. Autant dire que les gens sont relax, aimables, pas stressés mais surtout, ils n’hésitent pas à se montrer, peu importe leur style. A Los Angeles, ils adorent le R&B, rap américain et… La Dance. Par contre, ils ne sont pas trop fan d’électro.

Pas grave, pendant une semaine, on a pu s’amuser à se la jouer douchebag style avec le rap américain à fond dans la voiture. Il faut dire qu’avec sa Ford Mustang noir cabriolet, mon ami s’était “bien intégré” à L.A.

En parlant de voiture, j’en profite pour dire que Los Angeles est le paradis de la belle voiture moderne. Porsche, BMW, Mercedes, Cadillac, Ferrari, on croise plusieurs beaux modèles de toutes ces marques à tous les coins de rues. J’ai noté que les californiens adoraient la Porsche Panamera, il y en a partout. Les gens sont-ils si riches là-bas ? Pas spécialement mais le prix des voitures est vraiment bas, que ce soit comparé au reste des États-Unis, au Canada ou même en Europe, peu importe que vous achetiez un modèle américain ou européen.

En effet, la voiture étant quasi indispensable dans cette ville, passer son permis de conduire coûte 30$ et l’essence reste encore abordable. Au niveau du stationnement, c’est un peu la roulette russe. Les prix grimpent à 20$/heure dans le centre-ville alors que dans les quartiers les plus “cool”, on en a généralement pour 5$ la journée… Pratique quand on va à la plage !

Enfin, le fait de rester une bonne semaine sur place m’a vraiment permis de comprendre pourquoi Los Angeles est certes une ville qui peut paraître ennuyeuse pour de simples vacances, mais une ville où il fait bon vivre aux États-Unis. Bien sûr, on retrouve tous les clichés américains insupportables, à savoir la malbouffe abondante, la paresse des américains à marcher d’une manière générale et aussi le contrôle strict des flics à tous les coins de rue. Mais malgré ça, on s’y sent bien. Ca m’a un peu rappelé Montréal, sauf qu’ici tout est 10 fois plus grand, il y a l’océan et il fait chaud en mars.

>> VOIR TOUTES LES PHOTOS DE LOS ANGELES <<

L’hiver en images à Montréal

Depuis une quinzaine de jours, le véritable hiver a enfin démarré à Montréal. J’entends par là qu’il a neigé plus de 20cm de neige en l’espace de 2 jours et que cela s’est répété par la suite. Bien sur qui dit beaucoup de neige dit par la suite pas mal de verglas.

Je ne vous cache pas que depuis 3 jours, c’est un peu le parcours du combattant pour se rendre au travail. En effet, par grand froid et grand vent, il faut :

  • Eviter les plaques de verglas.
  • Anticiper la glissade éventuelle à cause des rafales de vents provoquées à chaque carrefour.
  • Anticiper le bus qui passe près du trottoir et qui peut vous envoyer plein de vieille neige pourrie.
  • Ne pas oublier sa tuque sinon bye bye les oreilles.
  • Faire attention à que votre lunch préféré ne gèle pas à cause de la température (une fois je me suis retrouvé avec de la glace à la tomate et non de la tomate en guise d’entrée).
  • Faire l’effort de marcher sinon on ne se motive pas trop à sortir (sauf les fous comme moi qui vont prendre des photos pendant 1h à -26°C).

Oui, Montréal l’hiver, c’est quelque chose !

Mais Montréal l’hiver, c’est aussi plein une belle neige blanche, un changement de paysage pas désagréable par rapport à l’été, du ski, des descentes en luge, des boissons chaudes alcoolisées à boire en extérieur, un sentiment d’être à la montage en pleine ville et enfin un temps pas mal ensoleillé pour la plupart des jours.

>> VOIR QUELQUES PHOTOS DE MONTREAL EN HIVER

Igloofest 2012 avec A-TRAK à Montréal

igloofest-2012-logoCette année, à nouveau, j’ai pu participer à l’Igloofest. Pour rappel, il s’agit d’un événement se déroulant en plein hiver ou le but consiste à écouter et danser sur de la musique électro en extérieur.

Par chance, le soir ou passait A-TRAK, il ne faisait que -9°C et il y avait beaucoup de neige bien fraiche, le tout sans aucune brise de vent : bref, le temps parfait pour en profiter !

Nous y sommes allés dès l’ouverture, le jeudi, puisque c’est A-Trak qui lançait l’événement. La dernière fois que je l’avais entendu, c’était lors de son mix avec Armand Van Helden pour Duck Sauce.

Hormis cela, il est quand même arrivé en final du DMC en 97 et en 2001… Et c’est en l’écoutant en live que je peux vous confirmer que c’est bon DJ… En tout cas, il s’est fait pas mal plaisir à l’Igloofest. Ambiance festive, la place s’est rapidement remplie pour finalement être pleine 30 min après son début.

Bref, bonne ambiance, du monde, un temps extra, des amis avec qui danser et faire la fête… L’Igloo Fest démarre bien pour cette nouvelle année !

Yeah Yeah Yeah (pour les nostalgiques)


Duck Sauce (pour les moins nostalgiques)

3 jours en chalet près de Duhamel

Les fêtes de Noël étant passées (ça passe tellement vite), je me suis fait inviter à me reposer dans un chalet près du village de Duhamel pour 3 jours. Après avoir accepté cette invitation avec joie, je ne vous cache pas que j’ai savouré chaque instant dans ce chalet situé en pleine nature, au bord du lac et en plein … Lire la suite

Le Carnaval de Québec sous la neige

Depuis le début de l’hiver, le nombre d’événements et festivals était bien inférieur à tout ce que l’on pouvait voir en été. Néanmoins, chaque année, durant l’hiver, la ville de Québec organise un carnaval. Nous avons ainsi décidé d’y aller et de profiter de l’événement pour revisiter Québec sous la neige.

Ambiance festive sous la neige, le Carnaval de Québec propose de nombreuses activités familiales. Glissade sur la glace, trekking, soccer géant sous la neige, descente en bouée sur la neige, il y a de quoi s’amuser, même si aucune activité à sensation forte était de la partie. En savourant ma tire d’érable, j’ai pu voir également quelques belles structures sur glace.

De notre côté, j’ai particulièrement aimé faire des descentes de chaise sur ski et fauteuil sur ski. Comme le nom l’indique, il s’agit de petites chaises d’écolier ou vieux fauteuils sur lesquels on a fixé des skis. Franchement, c’est vraiment fun et bien évidemment, il faut prévoir large pour la descente et le freinage car on se laisse glisser, sans ceinture de sécurité et sans possibilité de bouger les skis pour ralentir… Mais c’est vraiment marrant !

En dehors de cela, se promener dans Québec l’hiver sous la neige est plutôt joli. Le mélange du blanc, des belles architectures et des lumières génère une atmosphère reposante et un peu féerique.

Manque de pot, l’hôtel que j’avais réservé était situé à 30km de Québec, ce qui nous engageait faire un peu de chemin pour se promener. D’ailleurs en parlant de voiture, rouler sous la neige et la tempête l’hiver est un bon petit challenge pour maîtriser sa conduite… Avec une visibilité nulle, je peux vous dire que chaque minute compte et qu’on a hâte d’arriver à destination. Néanmoins, quelques dérapages sur la neige procure un peu de fun, surtout avec une bonne grosse voiture de location :).

Je ne pense pas refaire ce Carnaval l’année prochaine mais j’ai été ravi de pouvoir le découvrir et surtout, pouvoir faire du ski sur chaise !

L’hiver à Montréal… Impressions à mi-parcours !

Cela fait maintenant près de 2 mois que l’hiver a vraiment commencé à Montréal. J’entends par là qu’il a commencé à neiger début décembre…

Alors que dire de cet hiver ? Mes amis et ma famille qui sont en France me demandent si j’arrive à résister au fameux hiver canadien. Pour être franc avec vous, jusqu’à présent, la réponse est oui.

Il est important de noter que je trouve l’air bien plus sec ici qu’en région parisienne, ce qui fait qu’en règle générale, un -15°C à Montréal est plus facilement supportable qu’un 0°C bien humide à Paris. Sur ce point, je peux vous assurer que c’est plus agréable à vivre.

Cependant, l’hiver est vicieux ici. En effet, plus il fait beau, plus il fait froid. Certains matins, je me lève et je vois un magnifique soleil qui resplendit dans un ciel entièrement bleu… Ca peut paraître agréable mais c’est tout de suite plus inquiétant quand on voit que les vitre de l’appartement ont gelé et que la température avoisine davantage les -25°/-30°C. C’est un peu cruel, mais c’est comme ça.

Pour ma part, je préfère généralement les journées où il neige avec des températures autour de -12/-15°C que je trouve parfaitement supportable. Hier encore, je suis rentré d’une soirée chez moi à pied par un -12°C et ce, en marchant un bon 30 min à l’extérieur. Ca se fait sans problème, pour peu que vous soyez bien couvert.

En revanche, le combat est plus difficile lorsque la température passe sous la barre des -19°C. A partir de -20°C, les poils du nez gèlent et on respire un peu plus difficilement. Hors de question de laisser les oreilles et la tête à l’extérieur, sous peine d’être vite malade. A partir de -25°C, la situation devient franchement pénible car le nez gèle et on commence même à avoir les yeux qui collent. Bonnet, cache-cou et lunette de ski sont de la partie… Si si je vous assure !

Mais bon, pas d’inquiétude à avoir, en 2 mois, il n’ y a eu que 4 ou 5 jours avec des températures extrêmes, la moyenne tournant autour de -15°C. Dernier point à retenir : lorsqu’on regarde la météo, toujours regarder la température ressentie qui est plus proche de la réalité. En effet, un simple -15°C peut en fait cacher un -23°C en ressentie à cause du facteur environnement… Bref, surveillez bien les moniteurs ! 😀

En tout cas, lorsqu’il neige ici, c’est bien joli, c’est de la vrai neige et ça redonne plus de charme à la ville malgré les nuages :).

Igloofest 2011 : soirée electro dans la neige à Montréal !

Igloofest 2011 logoSamedi soir dernier, je suis allé à l’Igloofest avec des amis. Igloofest ? C’est quoi ça, un festival dans un igloo ? Vous chauffez…

L’Igloofest est un événement qui se déroule chaque année à Montréal durant le mois de janvier. Durant les 3 derniers weekend de janvier, un festival de musique electro se déroule à l’extérieur. En gros, vous allez à une grosse soirée dansante (house, trance), sauf que ça se passe dehors, dans le froid et dans la neige !

Pour peu qu’on apprécie de faire la fête, le concept est génial !

Après avoir fait un peu d’attendre, vous entrez en vous délestant de 12$. Heureusement que j’avais le montant exact car sinon on ne passe pas… sigh !

Une fois à l’intérieur (enfin intérieur j’exagère pas mal)…. Bref après avoir passé la barrière, on arrive dans une place qui est constituée de quelques feux pour se réchauffer les mains, un mini village d’igloo de glace avec des pouf fatboy et enfin 2 scènes electro. Sans être immense, il y a largement de quoi s’amuser !

L’ambiance est là, on est tous avec nos gros manteaux, nos gants et notre bonnet en train de danser comme des petits fous sur du bon electro… De toute façon, si vous ne dansez pas, vous avez vite froid !

Pour les plus frileux, il y a un igloo en toile ou il est possible de danser à l’intérieur avec un autre DJ… C’est assez fun pendant 1h mais après, on a rapidement envie de retourner à l’extérieur, près de l’immense scène principale ou 3 DJ différents animent la soirée.

N’hésitez pas à vous achetez un grand chocolat chaud avec un petit supplément d’alcool à l’intérieur histoire de vous réchauffer tout en dansant.

Au final, j’ai trouvé le concept génial et on s’éclate vraiment ! A refaire l’année prochaine sans hésitation :).

Igloo Fest 2011

La neige abonde sur Montréal !

Ca y est ! Depuis ce midi, il neige abondamment sur la ville de Montréal et les changements sont… bien visibles !

A la découverte de Tremblant

Le weekend dernier, nous sommes allés découvrir la région du Mont Tremblant. Située à peine à plus d’1h30 de Montréal, Tremblant fait parti des célèbres stations hivernales du Québec. Par chance, nous avions décidé d’y aller juste avant l’ouverture de la saison. Cela s’est traduit par une route sans embouteillage et au final, assez peu de monde sur place. Tout … Lire la suite

Les changements climatiques de Montréal

Hier, grand soleil, 24°C et dîner au Parc Jeanne Mance… C’était presque l’été. Aujourd’hui, c’est un peu différent…